11 septembre 2001

2000px-i_love_new_york-svg

Demandez aux gens de la génération de mes parents et les plus âgés ce qu’ils faisaient le 20 juillet 1969 quand Neil Armstrong fut le 1er homme à marcher sur la Lune. Le monde entier célébrait la grandeur américaine et le pari fou amorcé par Kennedy était gagné ! Ils se souviennent tous de ce qu’ils faisaient ce jour-là, alors que pour ceux de ma génération, c’est le triste 11 septembre 2001

J’habitais Paris et mes amis américains, Giorgio et Francesca Moroder, m’avaient demandé si je pouvais luncher avec un de leur ami anglais en visite dans la Ville lumière. J’habitais le 6e arrondissement et lui ai donné rendez-vous tout près, aux Deux Magots. Eddy était producteur de musique, un homme passionnant aux histoires amusantes. Very proper, very British indeed ! Ce déjeuner fut très agréable et vers 15H nous nous sommes dit au revoir.

J’ai traversé le boulevard St-Germain pour faire une course à la pharmacie d’en face. Il y avait un attroupement et on pouvait ressentir un début de panique. Un homme s’est mis à crier pour nous informer de ce qui se passait à New York. Mon premier réflexe fut de téléphoner à Eddy. Je ne le connaissais que très peu, mais j’avais le besoin de lui parler puisque c’était la dernière personne avec laquelle je me trouvais quand cette catastrophe a frappé. Puis, j’ai couru très vite jusqu’à mon appartement rue d’Assas. Je me sentais loin, j’avais besoin de voir des images. Dans mon essoufflement, je faisais la liste de mes amis qui vivaient là-bas et j’étais terrifiée à l’idée de perdre Guillaume, mon ami d’enfance.

Le 11 septembre 2001 fut un cataclysme ravageur. Les États-Unis et le monde occidental allaient perdre leurs plumes et ne serait plus jamais les mêmes. La riposte de Bush en Irak était complètement inappropriée. Une « croisade à la con », truffée de mensonges au nom de la soi-disant démocratie. Une vengeance primaire aux conséquences dramatiques. Les « faucons républicains » étaient incapables de mesurer l’effet domino que ces mauvaises et dangereuses décisions allaient engendrer. Nous en subissons quotidiennement les effets et les conséquences . Et encore aujourd’hui, que de décisions potentiellement dangereuses pour la planète proviennent de notre « cher » allié américain…

Des années plus tard, je suis toujours en contact avec Eddy. On ne s’est jamais revu, on ne se connaît pas, mais nous avons été témoins ensemble du 11 septembre 2001. Chaque année à la même date, nous avons une pensée émue l’un pour l’autre.

Julie

4 réflexions sur “11 septembre 2001

  1. Le 20 juillet 1969… Maman s’apprêtait à me mettre au monde, et il se trouve que je naquis le 23 (la maman & le bébé se portaient bien)
    Le cataclysmique « nine eleven » de l’an de grâce 2001 je m’en souviens très bien, malgré le temps passé depuis.
    D’ailleurs, le bouleversement profond engendré par cet odieux acte de barbarie reste 17 ans après les faits reste au plus profond de moi toujours aussi difficile à contenir.

  2. Très beau texte. Effectivement le 11 septembre 2001 restera gravé dans nos mémoires à janais. Pour moi ou plutôt pour nous (Nancy et moi) c’est la journée que l’on a été dans l’obligation de quitter Los Angeles pour revenir vivre à Montréal…pour un certain temps car nos permits de travail étaient en “hold” pour les prochains mois. La vie a fait que nos permits de travail n’ont jamais été renouvellés. Après 1 an à payer un entrepôt où l’on entreposait nos meubles, on s’est débatrasées de tout et n’avons jamais retravailler aux États-Unis par la suite. Pour nous, le 11 septembre a été la fin d’une merveilleuse aventure.

Laisser un commentaire