Retrouver la magie de Noël

Chaque année je me fais la même réflexion; je ne profite pas du mois de décembre. Non seulement il passe si vite, mais j’ai l’impression d’une course effrénée, d’une sorte d’urgence incontrôlée pour maximiser le temps! Tout faire pour clore l’année comme il le faut, même ce qui n’est pas nécessaire!

En pleine heure de pointe, quelle folle idée d’aller porter une vieille jupe chez la couturière? Ben parce que « tant qu’à faire » pis c’est Noël! Si jamais l’envie me prenait de la mettre au bout de trois ans… Niaiseux comme ça, je vous épargne les autres exemples! Fatigue et essoufflement garantis…

Et si je ralentissais un peu la cadence pour apprécier le temps des Fêtes? Je suis à la campagne, la maison est finalement calme. Les lumières sont tamisées et l’ambiance chaleureuse. Je suis allongée sur le canapé, la jetée jusqu’au nez et j’admire l’arbre de Noël qui brille majestueusement. Je ne veux ni musique, ni télé, ni bruit. Simplement me poser quelques instants et entrer dans ma bulle afin de retrouver la magie de Noël…

24 décembre, mon jour préféré. J’ai sept ans et comme chaque année papa commente le parcours du père Noël autour du monde. Sa longue tournée est déjà terminée en Australie puis en Asie. Est-il peut-être déjà passé en France chez les cousins et s’apprête-t-il à traverser l’Atlantique pour se diriger vers le Québec ?  Ma sœur et moi venons de regarder Astérix à Ciné-Cadeau, maman veut que nous allions nous coucher afin de pouvoir réveillonner. Je suis trop excitée pour dormir, mon cœur bat la chamade ! Je résiste au sommeil de peur de rater quelque chose, mais en vain…

Je me suis tout de même assoupie puisque maman me réveille et j’en oublie presque que c’est la veille de Noël! J’enfile fièrement ma jolie robe du temps des Fêtes et nous partons en famille à la messe de minuit.

L’église est bondée, il fait chaud, les effluves de parfums trop sucrés ou capiteux m’étourdissent un peu. Je suis petite, je ne vois rien. Vivement que ça finisse que l’on puisse s’amuser ! Mais les enfants ne doivent-ils pas être sages jusqu’au bout? Mon surnom de Julie la pie ne date pas d’hier! On ne veut pas que je parle et ça me donne envie de rire. Je le sens monter en moi ; je me concentre, j’évite le regard de ma petite sœur, et… trop tard ! Ça y est j’ai un fou rire! Nous rions et rions de plus belle, à en pleurer…

De retour à la maison, le père Noël est passé et les cadeaux trônent sous le sapin. De mes yeux d’enfants, j’ai l’impression qu’il y en a mille ! La famille est réunie, il y a de l’amour dans l’air ! Maman sort son pain-surprise, les adultes font tchin-tchin, nous déballons, rions, chantons allègrement !

Chouette, j’ai reçu le Chaperon rouge qui se transforme en grand-mère puis en loup, poupée  que je garde toujours des années plus tard.

Mes yeux se ferment petit à petit et encore une fois, je lutte de toutes mes forces, car je veux rester avec les grands. Je fais un câlin à ma douce mamie Rita. Je suis enivrée, elle sent si bon… 

Ma tête est lourde, mon cœur si léger. Je m’endors doucement au son des conversations des grandes personnes.  Est-ce possible d’être plus heureuse? Je ne le pense pas.

La magie de Noël existe vraiment…

À tous, un très bon temps de Fêtes et un joyeux Noël ! Bonheur, santé & paix

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.