Le cœur des femmes a ses raisons…

 

robe rouge

De l’inégalité entre les hommes et les femmes, il y en a encore beaucoup trop! Dans plusieurs domaines, entre autres celui de la santé cardiaque et cérébrale des femmes. Je le sais parce que je m’y intéresse grandement depuis que j’ai subi une opération du cœur à l’âge de 38 ans.

Mon intervention avait été tenue secrète. Seuls mes proches étaient au courant. Mes enfants, encore petits, avaient cru que maman partait quelques jours en tournage à l’extérieur.

Dans les mois qui ont suivi cet évènement marquant, les gens de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC m’ont contactée afin de connaitre mon intérêt pour leur cause. Ils ignoraient ma situation et comme je ne crois absolument pas au hasard, j’ai vu cet appel comme un signe de m’impliquer! Depuis, je le fais avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme! Toutes les causes sont nobles, mais celle-ci me tient particulièrement à… cœur.

J’ai eu l’occasion d’animer de nombreuses soirées et levées de fonds comme celle de lundi dernier 10 février #roberougemontréal. Un des évènements qui m’a le plus marquée est sans doute le panel d’experts de la santé que je dirigeais dans le cadre de la campagne #Listerouge qui vise le financement de recherches spécialement axées sur la santé cardiaque et cérébrale des femmes.

C’est à ce moment-là que j’ai réalisé l’iniquité qui existe entre hommes et femmes, notamment parce que les deux tiers des recherches et études cliniques ont été faites sur des modèles masculins. Les femmes ne sont pas des hommes de petite taille, notre cœur et notre cerveau sont différents et la recherche doit en tenir compte. Cette différence n’est pas encore bien comprise et 45% plus de femmes que d’hommes meurent d’une maladie du cœur ou d’un AVC. Ce sont d’ailleurs les principales causes de mort prématurée. *

Il est urgent de combler ce fossé et d’avoir des recherches et des protocoles adaptés aux femmes pour sauver plus de vies…

Je ne vous apprends rien en disant que la combinaison alimentation saine et activité physique est primordiale. Mais également, prendre le temps d’être à l’écoute de soi même si on a l’habitude de prioriser famille et travail. L’un n’empêche pas l’autre!

La crise cardiaque chez l’homme se manifeste souvent de façon plus évidente et moins sournoise que chez la femme. Je me souviendrai toujours du témoignage d’une survivante qui racontait qu’en préparant le souper, elle avait ressenti un malaise et une fatigue extrême, mais prise dans le tourbillon des tâches quotidiennes, de la routine et des enfants, avait poursuivi sa journée. Pourtant, elle a avait fait une crise cardiaque…

Je sais bien qu’on est sans cesse sollicité, mais j’espère que ce témoignage vous a éclairé davantage sur la mission de la Fondation Cœur et AVC et de l’importance d’y contribuer selon ses moyens. Parfois quand on comprend mieux les enjeux, on se sent plus concerné…

Février est le mois du cœur, si vous désirez en connaitre davantage sur le sujet, je vous suggère l’émission « Bien », animée par mon amie Saskia Thuot, samedi 15 février à 10H. J’y serai en compagnie de la nutritionniste Isabelle Huot ainsi que la cardiologue Marie-Kristelle Ross. Ce sera une histoire de cœur et de femmes!

En parlant de cœur, j’en profite pour vous souhaiter une bonne St-Valentin!

robe rouge jean

 

 

*https://www.coeuretavc.ca/

 

Crédit photos: Mélissa Vincelli

 

 

 

 

 

 

4 réflexions sur “Le cœur des femmes a ses raisons…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.