Le cœur des femmes a ses raisons…

 

robe rouge

De l’inégalité entre les hommes et les femmes, il y en a encore beaucoup trop! Dans plusieurs domaines, entre autres celui de la santé cardiaque et cérébrale des femmes. Je le sais parce que je m’y intéresse grandement depuis que j’ai subi une opération du cœur à l’âge de 38 ans.

Mon intervention avait été tenue secrète. Seuls mes proches étaient au courant. Mes enfants, encore petits, avaient cru que maman partait quelques jours en tournage à l’extérieur.

Dans les mois qui ont suivi cet évènement marquant, les gens de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC m’ont contactée afin de connaitre mon intérêt pour leur cause. Ils ignoraient ma situation et comme je ne crois absolument pas au hasard, j’ai vu cet appel comme un signe de m’impliquer! Depuis, je le fais avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme! Toutes les causes sont nobles, mais celle-ci me tient particulièrement à… cœur.

J’ai eu l’occasion d’animer de nombreuses soirées et levées de fonds comme celle de lundi dernier 10 février #roberougemontréal. Un des évènements qui m’a le plus marquée est sans doute le panel d’experts de la santé que je dirigeais dans le cadre de la campagne #Listerouge qui vise le financement de recherches spécialement axées sur la santé cardiaque et cérébrale des femmes.

C’est à ce moment-là que j’ai réalisé l’iniquité qui existe entre hommes et femmes, notamment parce que les deux tiers des recherches et études cliniques ont été faites sur des modèles masculins. Lire la suite »

À quand le girl’s club?

 

shakira-and-jennifer-lopez-perform-onstage-during-the-pepsi-news-photo-1580742509

Ce n’est pas vraiment le Super Bowl qui m’intéresse, mais bien le spectacle de la mi-temps. Cette année c’était différent. Motivation et fierté étaient au rendez-vous pour la novice de football que je suis! La présence de Laurent Duvernay-Tardif, que j’ai eu la chance de rencontrer lors de l’animation du triathlon de la Fondation CHU Ste-Justine, changeait tout! Il suffit de discuter cinq minutes avec ce grand gars pour réaliser à quel point c’est un être à part, généreux et rassembleur. Son impressionnant parcours atypique, fait de lui un modèle à suivre pour les jeunes qui pensent trop souvent à emprunter des avenues faciles et instantanées… Quel bel exemple de persévérance! Tracer sa route à travers les difficultés, triompher magistralement à force de travail acharné et de détermination, oui c’est possible! Serait-ce le mythe du héros auquel il est si rassurant de s’identifier pour mieux se projeter?

Depuis hier, je lis des critiques acerbes, souvent de la part de femmes, sur le spectacle de Jennifer Lopez et de Shakira; Hypersexualisation, culture du pimp, vulgarité, etc. Les réseaux sociaux et les lignes ouvertes se sont enflammés. Il y a certes du vrai dans ces réactions.

Néanmoins dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé ces performances! J’y ai vu un hymne au pouvoir des femmes qui s’unissent et s’assument librement, pleinement. C’est aussi une des expressions du féminisme en 2020, être bien dans son corps, en contrôle de son image, revendiquer sa sexualité, sachant pertinemment que cela n’empêche aucunement d’avoir une tête bien faite et d’accomplir de grandes choses.Lire la suite »

À l’aube de 2020, peut-on tout dire?

 

DSC_0908

 

Lorsque mon mari est entré dans ma vie, il avait l’impression que ma famille et moi nous nous disputions à table.

«Mais non, on n’est pas fâchés on discute simplement! »

Il a dû s’habituer au ton passionné de nos conversations. Ces échanges de point de vue se terminent toujours dans la bonne humeur et sans rancune! Nos opinions parfois diamétralement opposées ne nous empêchent jamais de respecter nos différences. C’est comme une règle évidente, non-écrite.

J’ai encore en mémoire mes cours de philo et particulièrement ceux sur la dialectique grecque qui résonnent d’une façon très moderne: « avoir des opinions différentes et chercher à se convaincre mutuellement au moyen d’arguments valables » : thèse, antithèse et synthèse. Je pose, j’oppose et je compose.

Je lisais récemment une entrevue de l’artiste française Charlotte Gainsbourg dans The Guardian. Elle faisait le triste constat qu’aujourd’hui on ne peut plus dire grand-chose. «Tout est si politiquement correct, si ennuyeux, si prévisible”.

Son père, Serge Gainsbourg, grand provocateur serait de nos jours assurément censuré.

Et parfois, on ne peut plus faire grand chose non plus! L’animatrice Ellen DeGeneres a dû se justifier d’avoir assisté à un match de football. « Pourquoi une démocrate gaie de Hollywood est-elle assise à côté d’un ex-président républicain? » Tout simplement parce qu’elle est amie avec Monsieur George Bush ainsi qu’avec beaucoup de gens qui ne partagent pas ses idées.

– Et comme elle le dit : « On est tous différents et je pense qu’on a oublié que c’est ok. »

Ne vous arrive-t-il jamais de vous auto-censurer en choisissant d’aborder des sujets innofensifs comme la météo par exemple, pour être certain d’atteindre le point de consensus plutôt que le point de rupture?

En dehors de nos familles et amis proches, peut-on tout dire et exprimer notre pensée librement, sans être jugé sévèrement ou assimilé à un électron libre? Les mentalités ont fort heureusement évolué. Mais tous sujets et enjeux sociétaux peuvent être dérangeants. Cela dépend de l’ouverture d’esprit avec lesquels on les approche.

Dans un billet où j’ai prôné et encouragé ouvertement la diversité corporelle, j’ai été taxée par certains de « grossophobe ». Cherchez l’erreur!Lire la suite »

Et moi, qu’est-ce que je dis à mes enfants ?

ACS_0455 3

Je ne suis pas une jovialiste aux lunettes roses, mais une sincère optimiste. Il faut se lever de bonne heure pour m’abattre, me décourager et la plupart du temps, je suis convaincue qu’il y a solution à tout problème. Pourtant, mon enthousiasme habituel fait défaut sur un sujet qui me rend particulièrement anxieuse : les conséquences du réchauffement de la planète. Ma lucidité m’empêche d’être rassurante auprès de miens et de trouver les mots justes. Je suis dans une impasse, qu’est-ce que je dis à mes enfants ?

« Habituellement, maman a toujours un plan B, mais là elle n’en trouve pas ? »

Je n’ai pas la prétention d’être une citoyenne irréprochable, on peut toujours s’améliorer. Depuis plus de dix ans, mes habitudes familiales en matière d’écologie ont nettement évolué : conscientisation, recyclage, compost, voiture électrique, diminution de la consommation d’eau et j’en passe. Mais l’enjeu n’est malheureusement plus là. Nos petits gestes quotidiens écolos, si louables soient-ils, ne sont plus que des coups d’épée dans l’eau. Nous sommes passés de la bonne conscience « soft et gentille » des bacs bleus et verts de recyclage à une réalité brutale, alarmante et anxiogène.  Lire la suite »

S’il y avait eu erreur médicale?

IMG_6249

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’enquête révélatrice de la Presse faite sur les erreurs médicales. Cette série d’articles et de statistiques très bien documentés met en lumière des cas d’erreurs, de négligence et d’incompétence. La divulgation de ces histoires si injustes a touché chez moi une corde sensible, celle de la colère et de l’indignation et fit remonter à ma mémoire une période difficile.

Cet événement a laissé des traces dans mon inconscient puisque aujourd’hui encore, je ne pénètre pas dans un milieu hospitalier sans ressentir une vive appréhension et le réflexe d’être sans cesse sur mes gardes.

J’étais alors enceinte de mon deuxième enfant. La grossesse se déroulait à priori normalement et je vaquais allègrement à mes nombreuses occupations familiales et professionnelles. Le vent tourna, le verdict tomba : à vingt-six semaines, on m’annonça un diagnostic de placenta praevia complet. C’est seulement 1% des grossesses.Lire la suite »