Et moi, qu’est-ce que je dis à mes enfants ?

ACS_0455 3

Je ne suis pas une jovialiste aux lunettes roses, mais une sincère optimiste. Il faut se lever de bonne heure pour m’abattre, me décourager et la plupart du temps, je suis convaincue qu’il y a solution à tout problème. Pourtant, mon enthousiasme habituel fait défaut sur un sujet qui me rend particulièrement anxieuse : les conséquences du réchauffement de la planète. Ma lucidité m’empêche d’être rassurante auprès de miens et de trouver les mots justes. Je suis dans une impasse, qu’est-ce que je dis à mes enfants ?

« Habituellement, maman a toujours un plan B, mais là elle n’en trouve pas ? »

Je n’ai pas la prétention d’être une citoyenne irréprochable, on peut toujours s’améliorer. Depuis plus de dix ans, mes habitudes familiales en matière d’écologie ont nettement évolué : conscientisation, recyclage, compost, voiture électrique, diminution de la consommation d’eau et j’en passe. Mais l’enjeu n’est malheureusement plus là. Nos petits gestes quotidiens écolos, si louables soient-ils, ne sont plus que des coups d’épée dans l’eau. Nous sommes passés de la bonne conscience « soft et gentille » des bacs bleus et verts de recyclage à une réalité brutale, alarmante et anxiogène.  Lire la suite »

S’il y avait eu erreur médicale?

IMG_6249

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’enquête révélatrice de la Presse faite sur les erreurs médicales. Cette série d’articles et de statistiques très bien documentés met en lumière des cas d’erreurs, de négligence et d’incompétence. La divulgation de ces histoires si injustes a touché chez moi une corde sensible, celle de la colère et de l’indignation et fit remonter à ma mémoire une période difficile.

Cet événement a laissé des traces dans mon inconscient puisque aujourd’hui encore, je ne pénètre pas dans un milieu hospitalier sans ressentir une vive appréhension et le réflexe d’être sans cesse sur mes gardes.

J’étais alors enceinte de mon deuxième enfant. La grossesse se déroulait à priori normalement et je vaquais allègrement à mes nombreuses occupations familiales et professionnelles. Le vent tourna, le verdict tomba : à vingt-six semaines, on m’annonça un diagnostic de placenta praevia complet. C’est seulement 1% des grossesses.Lire la suite »

Si j’étais un super héros…

 

ACS_0384 (1)

Depuis des années je fais souvent le même rêve; celui d’arriver dans différents pays et de communiquer verbalement et spontanément avec les gens. C’est un fantasme très libérateur, mais bien sûr utopique puisqu’il n’y a dans ce cas, ni barrières linguistiques, ni conflits, ni incompréhensions. Le bonheur de se comprendre sans intermédiaires! Un vœu pieux?

Je pense que tout cela remonte à mes cours de catéchisme et plus particulièrement au récit biblique de la tour de Babel. Je vous remets dans le contexte de cette histoire que l’on m’a racontée quand j’étais petite fille et qui visiblement m’a marquée et impressionnée. Les hommes parlaient une langue unique. Par orgueil, ils décidèrent de défier Dieu et de construire une immense tour pour atteindre les portes célestes. Dieu en fût courroucé et pour les punir, multiplia les langues. Hélas, plus personne ne se comprenait. Cela créa le chaos, la confusion et la discorde, d’où l’expression populaire : c’est une vraie tour de Babel!

Je parle le français, l’anglais et me débrouille en espagnol. J’aimerais connaitre d’autres langues, mais serais évidemment très loin du compte puisqu’il y en a au moins 6000 répertoriées dans le monde! Je considère leur enseignement essentiel et tiens le même discours à mes enfants.Lire la suite »

Être femme…

ACS_0086 (5)

Il y des rencontres marquantes, celle avec Aimée en est une. Voici un billet que j’ai écrit il y a un an exactement. Pour les commémorations des 25 ans du génocide rwandais, j’ai eu envie de partager à nouveau avec vous mon coup de cœur pour cette femme au parcours dur et atypique…

Depuis trois ans je m’assois toutes les semaines sur sa chaise et nous parlons. Même si j’ai de la lecture ou du travail à faire, Aimée trouve toujours le moyen de me distraire et de m’intéresser par ses propos pertinents. Elle parle beaucoup, jamais pour ne rien dire et les sujets sont très variés. Nous passons aisément de la politique à la littérature, la cause des femmes, la mode, etc. Comme Julie La Pie, Aimée est curieuse et notre heure de conversation devient un incontournable de ma semaine. En plus de tout ça, elle fait de magnifiques « brushing » ce qui n’est pas banal non plus ! VaVa Voom !

Aimée a 28 ans et vient du Rwanda. Elle ne passe pas inaperçue, grande, exubérante, souriante et féminine jusqu’au bout des doigts !

Depuis plusieurs mois, elle travaillait assidûment à l’écriture d’une histoire avec son amoureux. Ne dit-on pas que nous portons tous un livre en soi ? Le projet prit de l’importance et un jour le nom de l’éditeur Gallimard fut évoqué. J’étais si heureuse pour elle !

À la fin février, Aimée me tendit fièrement le carton d’invitation de son lancement. Bien sûr, elle pouvait compter sur moi !

Comme d’habitude elle sécha mes cheveux, mais semblait agitée et nerveuse. Elle parlait tellement vite que les mots et les phrases se bousculaient. Est-ce que j’avais bien compris ce qu’elle tentait de me dire ?

« Moi qui suis une femme trans ? Oui ma chérie, tu as très bien entendu ! »Lire la suite »

Allo c’est moi!

ACS_0341 (3)

Il y a quelques années, je découvrais le film Denise calls up dans un petit cinéma de répertoire à Paris. Je me souviens du malaise que cette comédie américaine m’avait procuré. Il s’agit d’un groupe d’amis de New York qui ne restent en contact que par leur fax et téléphone. Ils ne se voient jamais et deviennent incapables d’interagir pour vrai. Ils s’abritent volontairement derrière la technologie et pour eux, les choses vont de mal en pis. Lorsqu’on se soustrait à la réalité de vraies rencontres, la peur de l’autre et le stress s’installent…

Communiquer sans se regarder, sans se toucher. Ce film réalisé il y a presque 25 ans était précurseur. Que se passe-t-il aujourd’hui ? Les choses s’accentuent et les nouvelles générations s’installent dans ces habitudes…

La réalité dépasse la fiction

Je suis étonnée de constater combien les ados et les adultes textent d’une façon compulsive sur les différentes plateformes. Pourquoi se parler quand dans une même pièce, assis les uns à côté des autres, on peut s’envoyer des messages? Comme le font si bien les jeunes…Lire la suite »