« Je n’ai pas de regret, sauf un seul »…

Jane Fonda a toujours fait partie de ma vie. Au début des années 80, ma mère, déjà hyper active, s’était procuré la fameuse cassette VHS Jane Fonda’s Workout!

Petite fille, j’ai passé des heures à la regarder s’entrainer en justaucorps et jambières de laine avec cette gourou du fitness. Je connaissais les routines par coeur. Encore aujourd’hui, à la seule évocation de cette VHS, certaines phrases me reviennent en tête:  feel the burn, no pain no gain! 

Depuis ce temps-là, cette femme aux multiples facettes m’impressionne et me fascine, tant par son jeu d’actrice, ses prises de position sociales et politiques, ses écrits que par son énergie et sa drive!

J’étais loin de penser qu’un jour, Jane Fonda partagerait une réflexion particulièrement intime et que cela réveillerait en moi des questionnements…Lire la suite »

Action de grâce… remercier quoi au juste?

L’Action de grâce au temps de la Covid, en zone rouge n’aura pas le même sens que d’habitude. Célébrer les récoltes autour d’un bon repas qui ne sera pas partagé, lui donne un goût amer. Comment peut-on rendre grâce des bonheurs reçus en 2020? J’ai beau chercher, je n’en vois pas tant. Une année à mettre au rancart et à oublier! La liste des doléances est longue…

Les mesures gouvernementales annoncées en début de semaine m’ont fait redoubler d’ardeur et d’arguments auprès de mes ados pour les encourager. La mission des parents devient de plus en plus compliquée.

L’une pleurait à l’idée d’aller à l’école seulement un jour sur deux. C’est une dernière année de secondaire qui devrait être une apothéose. Elle sera malheureusement bien chamboulée et loin des attentes d’une future graduée.Lire la suite »

Laisser passer l’orage

IMG_7841 (3)

Par moments, je ressens le besoin de faire une pause d’une journée ou deux dans la lecture de mes journaux tellement les nouvelles sont consternantes et dures. Ce n’est pas faire l’autruche. Je préserve simplement mon équilibre dans ce maesltom, prends du recul pour ne pas être trop affectée et me donne un « break ». Un peu de douceur dans ce monde si brutal…Lire la suite »

Entre deux maux, choisissons le moindre…

FEDD1C40-B8BD-4A8C-85D6-8C190C93FAB7

Dimanche soir dernier, je me sentais comme une élève à la veille de la rentrée des classes. Les papillons dans le ventre, la boule dans l’estomac. Je retrouvais cette même nervosité qui s’emparait de moi à la fin des grandes vacances quand l’insouciance de l’été devait laisser place à la routine.

Pourtant, le contexte était bien différent puisque le lendemain je recommençais officiellement le tournage de la série 5e Rang à Radio-Canada. J’en rêvais depuis des mois, rien ne pouvait me faire plus plaisir !

Quelques jours plus tôt, les comédiens ont assisté à une rencontre Zoom avec les productrices. On nous a expliqué l’ensemble des procédures sanitaires qu’il faudrait dorénavant adopter. C’est du sérieux et c’est tant mieux !

Arrivé à la base (notre point de rencontre), chaque comédien et technicien signe un document dans lequel il déclare n’avoir ni symptômes, ni eu de contacts avec la Covid-19. Les mains sont désinfectées et un masque nous est donné. Aucune circulation n’est admise sans  couvre visage.Lire la suite »

Bisous, Bisous!

Depuis 5 semaines notre monde est en berne ou presque.

L’expression déconfinement commence petit à petit à être évoquée pour notre plus grand bonheur. Avec réserve et prudence bien sûr. Comme les cercles concentriques d’un caillou jeté à l’eau, la reprise sera progressive.

Depuis 5 semaines, je marche tous les jours ou presque. Le vilain temps et le froid n’ont que très rarement eu raison de moi. Si ce besoin de sortir de la maison est viscéral, il l’est aussi dans l’espoir de croiser des gens, d’avoir un contact humain, même de loin. D’ailleurs, d’après une nouvelle étude du MIT *, socialiser serait aussi fondamental que de se nourrir!

Lors de mes balades quotidiennes, je constate qu’il y a des personnes qui recherchent le baume au coeur, le contact social et dont la gestuelle évoque l’empathie. Elles s’expriment à distance par un bonjour, un sourire ou un simple regard bienveillant et attentionné. Puis, il y a les autres pour qui nous représentons l’ennemi potentiel. Par peur de cette menace invisible, elles s’écartent alors avec répulsion, parfois sans même lever les yeux. Peut-on les blâmer?Lire la suite »