Souriez!

Image-1

Souriez! Parce que vous êtes filmés? Peut-être. Mais souriez, surtout, car pour rendre heureux c’est le geste le plus simple à maîtriser, à la portée de tous, même de ceux qui ont perdu leur dentier. Rien de mieux qu’un large sourire pour désamorcer une situation, pour attendrir le collègue de travail grognon ou encore amadouer le constable qui veut nous balancer une contravention! Attention : chronique fleur bleue. Telle une maxime dénichée on ne sait où et larguée en toute sincérité sur les réseaux sociaux, je vous ai pondu une chronique faisant l’apologie de ce geste tout mignon, inné, qu’on devrait mettre en pratique plus souvent (sauf lors de la prise de nos photos de passeport). Oui, oui, je m’adresse aussi à vous les cyniques, ceux qui ont perdu espoir en l’humanité depuis la dernière élection américaine et ceux qui viennent de se faire poser des broches. À vos miroirs!

Montrer mes dents à la caissière de l’épicerie, aux faces de bœuf au volant, aux usagers du métro perdus dans leurs rêveries ou le fil Instagram de leur iPhone me donne une énorme satisfaction. Tiens, au gars de la voirie aussi qui a rangé sa bonne humeur avec sa dernière canette vide de Molson Export, la semaine dernière. J’ai le sentiment d’une petite victoire à chaque sourire décroché en retour. Sourire, c’est comme bâiller. Et cette contagion est bienvenue. Le geste rend accessible,  humanise et fait oublier que le plombier a mal colmaté la fuite d’eau de la salle de bains. Je l’ai essayé à toutes les sauces. Même en face d’un douanier. Même quand je coupe par inadvertance un piéton, derrière mon volant, mon sourire d’excuse fait rapidement oublier à celui que j’ai failli envoyer à l’hôpital qu’il déteste TOUS les conducteurs-ces-gros-pollueurs-de-la-planète.

Pourquoi ne sourire qu’avec les émoticônes de votre téléphone intelligent, quand on peut montrer nos vraies dents et renforcer nos muscles faciaux? L’art de sourire se perd au même rythme que s’active celui de s’indigner bêtement sur les réseaux sociaux (bon, il y a sûrement une arrière-grand-mère pour nous rappeler que ça s’est évaporé il y a bien plus longtemps qu’on pense, probablement quand les maris retournaient bûcher six mois après avoir fait un neuvième enfant à leur épouse débordée). Mais bon, en 2018, sourire relève souvent de l’effort, je trouve. Et symbolise pour certains le manque d’arguments, ou un geste qui n’appartient qu’à l’enfance ou aux animateurs de jeux télévisés.

Sous les rayons chauds du soleil, ces prochaines semaines, je vous somme d’offrir un sourire à ceux qui croiseront votre route. Une petite fois par jour, pour commencer. Je vous jure, vous y prendrez goût. Vous n’avez pas d’excuses : l’école est terminée. Plus de boîtes à lunch à remplir ou vider. Plus de devoirs à corriger. Pas d’auto à sortir du banc de neige. Entre deux cônes orangés, à une lumière rouge, ou dans une grande surface au rayon des barbecues, essayez. J’oserais, pour terminer et pour achever de vous convertir à mon sport national, cette maxime de l’Abbé Pierre dénichée en quelques secondes sur internet: «Un sourire coûte  moins cher que l’électricité, mais donne autant de lumière.» À méditer lorsque vous paierez votre prochain compte d’Hydro.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s