Le IPad, suite…

apple-ipad-2018-geskin-concept-630x354

Je me devais de répliquer à la lettre collective (L’IPad a le dos large) parue ce matin dans la Presse Plus en réaction à mon article sur les tablettes dans les écoles. J’ai l’impression que ces cinq personnes n’ont pas compris mes propos. Ou peut-être cherchaient-ils un bouc émissaire pour justifier leurs certitudes? Voici ma réponse:

Mesdames et Monsieur,

J’ai lu votre réponse, mais avez-vous vraiment lu mon texte ? On peut réellement se poser la question. Avez-vous également lu l’article précédant dans La Presse Plus du 26 novembre qui a inspiré ma réflexion? Mon billet ne se voulait pas polémique…

Mon modeste propos n’avait pas d’autres prétentions que de refléter les inquiétudes de la maman que je suis, notamment sur le temps d’exposition quotidien aux écrans. Je pensais en particulier aux élèves plus jeunes du début du secondaire qui ne savent pas toujours bien gérer leur temps.

Si vous m’avez bien lue, vous avez en principe compris que je ne suis pas contre l’utilisation de la tablette à l’école. Bien au contraire!

Mon texte montre très clairement que je suis ni obtuse, ni passéiste, ni nostalgique, ni contre le progrès. Je suis pour les outils modernes du XXIe siècle comme vous le dites. La tablette en fait partie, mais l’éducation ne se résume pas à un IPad qui serait subitement devenu l’outil universel. Les nombreux commentaires reçus suite à la parution de mon texte me démontrent que beaucoup de professeurs et de parents pensent comme moi.

Vous invoquez de très nombreuses études auxquelles vous vous êtes référées ainsi qu’à une pléthore de spécialistes.  Même notre astronaute préféré est mis à contribution dans votre argumentation! Je ne conteste pas la validité de ces études ni la pertinence des spécialistes consultés, mais je pense que le vécu au quotidien peut apporter d’autres conclusions.

Oui à la tablette dans les écoles! Mais tout est dans la recherche d’un équilibre harmonieux. Trop, c’est comme pas assez! Il est important de reconnaître que des nuances et des divergences d’opinions peuvent aussi exister.

Bien cordialement,

Julie du Page

Trop, c’est comme pas assez!

L’école de mon fils est passée au 100% numérique depuis la rentrée dernière. Chaque enfant possède un IPad et même si nous avons eu à acheter quelques livres  papier, la grande majorité des études se fait sur tablette. Pour un établissement plutôt traditionnel et conformiste, c’est tout un changement !

Il y a quelques années, je me souviens encore d’être allée voir le directeur pour me plaindre de la piètre qualité des photocopies recto verso qu’on donnait aux élèves, notamment pour apprendre la géographie et l’histoire. Nous vivons (nos enfants encore plus) dans un monde d’images. Pour les intéresser et les stimuler, adaptons-nous un peu à leur réalité.  Apprendre le relief et la surface des continents en noir et blanc, pas super comme idée !

Même si le IPad ajoute un côté ludique à l’enseignement de nos enfants, il n’a pas que des qualités. Je trouve navrant de voir mon fils penaud après un examen de géométrie parce qu’il n’a pas su utiliser habilement son rapporteur sur la tablette. « Ben oui maman, déposer un vrai rapporteur d’angle sur un écran tactile, c’est pas évident ! » Effectivement… Dans ce cas, une copie papier aurait été plus pertinente. C’est une question de bon sens.Lire la suite »

« La der des ders »… pour mes petits-enfants…

The final sortie WWI version

Laissez-moi vous mettre en contexte d’un repas familial du vendredi soir où comme d’habitude, nous discutons beaucoup! Mon père évoque l’armistice avec mes enfants et les souvenirs qu’il en a grâce à ses grands-pères qui ont vécu la Première Guerre mondiale. Je lui ai suggéré d’en écrire un texte que j’héberge fièrement sur #julielapie https://juliedupage.com/ . Il est tellement important de se souvenir… Voici la lettre de papi à ses petits-enfants… Bonne lecture, Julie

 

Billie, Adrien, Augustin, Rose, vous vivez en France et au Canada, des pays qui, aujourd’hui 11 novembre, célèbrent le centenaire de la fin de la guerre de 14-18. Même si ensemble on discute souvent Histoire et famille, nous n’avons jamais vraiment parlé de vos arrières-arrières-grands-pères français nés au XIXe siècle !

Ils étaient mes grands-pères et en 1914 sont allés combattre l’armée allemande comme des millions de Français. Ils se sont bien battus avec leur uniforme de Poilu et leur fusil Lebel équipé d’une horrible baillonnette. Ils ont vécu l’enfer des tranchées de Verdun. Plusieurs fois décorés, ils ont reçu La Croix de Guerre pour leur bravoure. Petit garçon il m’arrivait de les questionner. Ils parlaient de leur devoir, de leur honneur et de l’amour de la Patrie. Ils évitaient d’évoquer ces années d’horreur où ils ont vu mourir tant de compagnons. La vie avait repris son cours, mais je pouvais percevoir qu’ils étaient marqués à jamais.

La guerre a été gagnée, mais à quel prix ! Des millions de morts, civils et militaires, des blessés dans leur chair et dans leur âme, des orphelins, des familles anéanties, des villes et des villages complètement détruits. Une génération gâchée et des survivants qui mettront des vies entières pour tenter de se remettre debout.

Avec l’armistice signé le 11 novembre 1918 on disait que c’était «  la der des ders », la dernière des dernières ! On ne la qualifiait pas encore de Première Guerre mondiale parce qu’on ne pouvait imaginer que 21 ans plus tard commencerait la deuxième.Lire la suite »

Toujours le même Halloween?

Halloween

Pas encore en joueur de football? Comme les journées qui sans surprise raccourcissent à l’automne, les pneus d’hiver qui reviennent s’accrocher à nos voitures et un trajet sur la route invariablement parsemée de cônes orangés, fiston va une fois de plus se déguiser en joueur de football de la NFL pour l’Halloween. Il peut remercier son oncle Richard de lui avoir offert un chandail des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, il y a trois ans. Sans ce cadeau, il aurait à se chauffer les méninges pour trouver quel bout de tissu enfiler afin de récolter des bonbons.

Vraiment, encore en joueur de football? Ce n’est plus un déguisement, mais une deuxième peau! Un tic nerveux. Le jour de la marmotte. Dans l’espoir de le faire changer d’idée et de lui dénicher un costume original, j’ai ouvert mon ordi portable, mais mes recherches sur internet ont été vaines. Il a levé le nez sur toutes mes propositions. Ensuite, mes trouvailles de gens et choses qui ont marqué l’actualité des derniers mois, toujours une bonne piste pour l’élaboration d’un costume, l’ont endormi. Déguise-toi en visage d’Hubert Lenoir? J’ai justement des restants de colorants artificiels dans le garde-manger. En mauvaise foi de Trump? En tableau déchiqueté de Banksy? En personnage de Fortnite? En Tom Cruise qui pilote lui-même son hélicoptère dans Mission Impossible? En Maxime Bernier qui respire du CO2? Je l’ai achevé après avoir prononcé «en Harry», comme dans «mariage de Megan et du prince Harry».Lire la suite »

C’est non négociable !

IMG_1116 (1)

 

Combien de fois elle a voulu abandonner le piano. Combien de fois j’ai insisté pour qu’elle continue. Tel un perroquet usant de tous les arguments jusqu’à en être bien fatigante, je l’admets…… Il aurait été plus facile de déclarer forfait pour ne plus entendre cet éternel rechignage et avoir la sainte paix ! Ma Biquette a évidemment essayé plus d’une activité. On ne peut pas tout faire et c’est important d’explorer afin d’affiner ses goûts. Exit soccer, ballet, dessin, volley-ball, etc !

La musique apporte tant dans une vie… Il m’arrive encore de m’asseoir au piano au gré de mon humeur. Les parents sont parfois les plus mal placés. Convaincre sa progéniture n’est pas toujours une mince affaire. C’est fou comme le  « message » passe plus facilement venant d’une tierce personne…

Mais le piano pour mes enfants, comment vous dire, c’était non-négociable ! Il me fallait un plan d’attaque et surtout un allié(e)! C’est à ce moment-là que cette chère Marie-Ève est entrée en scène.Lire la suite »