Une histoire de robe

Il y a parfois des coïncidences amusantes qui font de jolies histoires à raconter. Je suis encore émue par celle-ci…

J’arrive souvent à la fin des classes sur les rotules. Juin me fait le même effet que décembre, le froid en moins, le soleil en plus. C’est sans doute plus évident cette année, après l’étrange période que nous avons vécue et qui a laissé son lot d’amertume et de lassitude…

J’ai dû canaliser mes énergies afin d’arriver au bout de ce maelstrom et conserver mon titre de « préposée au bonheur » de mes enfants. Tout un pari : travail, pandémie, déconfinement, vaccins, examens finaux, remise de diplôme secondaire de ma plus grande, puis… le fameux bal de finissants !

Je me souviens encore vivement du mien et je parie que vous aussi ! Dans bien des cas, n’est-ce pas l’événement le plus marquant de l’adolescence ?

Bien en amont et ne sachant pas ce qu’il adviendrait de la situation, le collège de ma fille avait pris la décision de souligner ce passage. En classe bulle, tout en respectant les mesures sanitaires. C’est mieux que rien et je tiens à les remercier pour cette organisation impeccable !

Bref, inutile de vous dire combien le sujet du bal est revenu plus d’une fois lors de nos repas en famille ! Au début du printemps, ma fille Billie se fit de plus en plus insistante et me remit à l’ordre : une journée magasinage « robe » s’imposait ! »

Je ne me doutais pas combien cet exercice allait être périlleux…

Je me félicite encore de la patience que j’ai su déployer lors de notre virée mère-fille à la recherche de LA robe parfaite pour elle !

Voici 5 règles importantes à observer pour que l’harmonie règne malgré tout. Peut-être vous seront-elles utiles un jour:

  1. Ne jamais suggérer ses choix ou goûts vestimentaires à son ado. Après tout, à notre âge on est pas si cool (l’a-t-on déjà été) et surtout, on ne connaît rien !

  1. Tourner sa langue 7 fois avant de faire le moindre commentaire qui pourrait être retenu contre nous et donc gâcher cette « belle »  journée ! Faire preuve de très grande diplomatie en gardant le sourire…

  1. Abonder dans le sens de sa progéniture. Il/elle aime, vous aimez. Il/elle n’aime pas, vous n’aimez pas non plus ! Le tout avec enthousiasme, entrain et pep !

  1. Repérer les petits bancs dans chaque boutique où vous irez, votre dos vous remerciera.

  1. Ne rien planifier de bien important en soirée car vous risquez d’être épuisé. Zzzzzzzzzzzz Trust me !

Nous étions au bout de nos ressources quand finalement, c’est dans le dernier magasin que Billie trouva son bonheur.

« Regarde maman cette robe, tu la trouves comment ?

– Très jolie, tu devrais l’essayer ! »

Ma Biquette sortit de la cabine et à la vue de son air radieux, j’ai su que j’allais aimer la suite du déroulement. Ouf, mission accomplie…

Un véritable coup de cœur ! Billie « s’aimait » dans cette robe qui n’était, à priori, pas du tout ce qu’elle recherchait au départ.

Le plus touchant de cette histoire, c’est que 30 ans plus tôt, j’ai moi aussi fait une virée magasinage avec ma mère. À l’époque, nous étions sur la rue Ste-Catherine et c’est dans la dernière boutique de la journée que j’ai trouvé la robe de mes rêves. Elle est d’ailleurs encore dans mon placard…

Et 30 ans plus tard, sans aucune influence de ma part, je le jure, ma fille choisit une robe qui ressemble étrangement à celle que je portais fièrement lors de mon bal !

Est-ce une coïncidence ?

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.