Un chance qu’on s’a!

 

Quoi de plus agréable que de constater l’évolution des idées et points de vue de nos enfants. J’aime provoquer la discussion avec les miens en abordant des sujets dont le but est d’ouvrir l’horizon…

Mes enfants,

Chaque époque passée a eu ses particularités, ses moments de grandes joies et ses douleurs. C’est pourquoi il est important d’interroger l’Histoire, car elle informe sur le présent en s’appuyant sur le passé. On peut ainsi établir des comparaisons et surtout relativiser. C’est justement là où je veux en venir…

Il y a quelques jours, lors d’une de nos soirées cinéma, j’ai insisté pour que l’on regarde en famille le film « De Gaulle » sur l’appel à la résistance en juin 1940. Vous me trouviez un peu intense et n’avez pas hésité à argumenter mon choix.Lire la suite »

J’ai la mèche courte!

Si vous me connaissez un peu, me suivez sur les réseaux sociaux et lisez mes billets, vous savez combien je suis quelqu’un qui cherche à être dans l’équilibre et la nuance. Est-ce parce que je suis du signe de la balance? Je tente toujours de comprendre et de respecter l’opinion de l’autre même si elle se situe à des années-lumière de ma vision. C’est d’ailleurs primordial dans la façon dont j’élève mes enfants. Les jugements à l’emporte-pièce et discours manichéens, très peu pour moi! Je m’en méfie car dans bien des cas ils ne démontrent pas une très grande ouverture d’esprit…

Est-ce la grisaille de ce début d’automne frisquet, l’idée du défi 28 jours qui sera sans doute prolongé et les prédictions inquiétantes des experts sur la deuxième vague? Bref, cette semaine fut mouvementée émotionnellement à bien des égards. Ce maelstrom a ébranlé ma tolérance et mon humeur. J’ai la mèche courte, moi qui suis d’habitude si pondérée… Il y a des situations où il est très difficile de voir objectivement les deux côtés de la médaille et de modérer ses ardeurs… je suis en colère!Lire la suite »

Ma chère Mitsou, pour ton 50ème anniversaire…

J’ai fait la connaissance de Mitsou le 31 décembre 2003. On dit souvent que dans la vie, il faut s’entourer de gens positifs. En voyant Mits la première fois en cette veille du jour de l’an, j’ai bien compris qu’elle faisait partie de cette équipe-là; celle des gens lumineux dont l’énergie vous attire.

Comme beaucoup de jeunes de ma génération, j’ai suivi les débuts de Mitsou, la chanteuse. C’était un véritable phénomène populaire au Québec! Depuis plus de 16 ans, je côtoie cette femme fascinante et magnétique. Celle qui est en évolution constante, s’est réinventée mille fois et ose tout le temps. Comment fait-elle pour avoir une telle énergie? Je me le demande encore!

À la mi-août, je lui ai fait part de mon projet. À quelques jours de son 50e anniversaire, j’avais envie de l’interviewer de façon différente et d’aller ailleurs.

« Mais tu me connais déjà tellement » m’a-t-elle répondu!

Contrairement à ce qu’on peut penser, Mitsou n’est pas tout à fait un grand livre ouvert. Derrière ce grand soleil, il y a aussi des zones d’ombres, des doutes, des sujets plus difficiles à aborder. Mais surtout, il y a un désir de s’affranchir de certaines peurs, de se libérer et de s’accepter. Un jour à la fois, en toute humilité. C’est aussi ça avoir 50 ans…

Nous étions chez elle à siroter un café au lait. C’est une femme émue qui s’est assise en face de moi.

« Ça me touche que tu fasses ça Julie… »

Ses beaux grands yeux bleus se sont remplis d’eau…

J’espère que vous aurez autant de plaisir à lire cette entrevue que j’en ai eu à la faire! Moi aussi, j’ai découvert Mitsou autrement. Je la remercie pour sa confiance et sa générosité…

 

J- Mitsou, tu viens d’une famille d’artistes, tu as ça dans le sang! Tu tournais déjà comme comédienne, mais pourquoi as-tu eu envie de devenir chanteuse? Qu’est-ce qui t’animait à ce moment-là?

M- En fait, vers l’âge de 13 ans j’ai été un peu déçue. Je tournais le personnage d’Anouck Jacquemin dans Terre Humaine à Radio-Canada et j’ai décidé de me faire couper les cheveux très courts style Véronique Béliveau. Le p’tit look « punkette », ça n’a pas passé au niveau de la production. Peu à peu mon personnage s’est dissout et ça m’avait choquée. J’étais déjà très attirée par la musique, je commençais à admirer, entre autres, David Bowie qui était à la fois chanteur et acteur. Je me suis dit que peut-être le métier de comédienne, ce n’était pas ce que je voulais. Les chanteurs semblaient avoir plus de pouvoir sur la direction artistique qu’ils prenaient et ça, ça m’attirait!

J- Donc c’est un peu grâce à Bowie que tu es devenue chanteuse?Lire la suite »

Laisser passer l’orage

IMG_7841 (3)

Par moments, je ressens le besoin de faire une pause d’une journée ou deux dans la lecture de mes journaux tellement les nouvelles sont consternantes et dures. Ce n’est pas faire l’autruche. Je préserve simplement mon équilibre dans ce maesltom, prends du recul pour ne pas être trop affectée et me donne un « break ». Un peu de douceur dans ce monde si brutal…Lire la suite »

Entre deux maux, choisissons le moindre…

FEDD1C40-B8BD-4A8C-85D6-8C190C93FAB7

Dimanche soir dernier, je me sentais comme une élève à la veille de la rentrée des classes. Les papillons dans le ventre, la boule dans l’estomac. Je retrouvais cette même nervosité qui s’emparait de moi à la fin des grandes vacances quand l’insouciance de l’été devait laisser place à la routine.

Pourtant, le contexte était bien différent puisque le lendemain je recommençais officiellement le tournage de la série 5e Rang à Radio-Canada. J’en rêvais depuis des mois, rien ne pouvait me faire plus plaisir !

Quelques jours plus tôt, les comédiens ont assisté à une rencontre Zoom avec les productrices. On nous a expliqué l’ensemble des procédures sanitaires qu’il faudrait dorénavant adopter. C’est du sérieux et c’est tant mieux !

Arrivé à la base (notre point de rencontre), chaque comédien et technicien signe un document dans lequel il déclare n’avoir ni symptômes, ni eu de contacts avec la Covid-19. Les mains sont désinfectées et un masque nous est donné. Aucune circulation n’est admise sans  couvre visage.Lire la suite »