Mais d’où viennent les expressions?

image

 

Petit billet léger et ludique à lire les doigts de pieds en éventail, si possible au bord d’une piscine, d’un lac ou allongé dans l’herbe!

J’ai un plaisir fou à utiliser des expressions dans mon langage de tous les jours. Ce qui fait beaucoup rire mes enfants ! Les phrases semblent plus colorées et les idées, tellement plus imagées. Je fais un savoureux mélange des genres grâce à ma double nationalité : Québécoise par ma mère, Française par mon père. Je ratisse même du côté de la Suisse avec leur fameux  « Y’a pas le feu au lac ! »

Mais d’où viennent-elles ces expressions ? Quelles sont leurs origines ? Quelle est la petite histoire de la chienne à Jacques ou des bidous? Pourquoi c’est quétaine ou c’est une autre paire de manches? Derrière ces expressions se cachent des traditions, des légendes et du folklore.   Évidemment inutile de préciser que tout n’est pas coulé dans le béton ! En voici un petit résumé.

La chienne à Jacques

J’adore cette expression ! Qui est Jacques, qui est sa chienne ? Expression du bas du fleuve datant du 19e siècle. Jacques Aubert était un célibataire endurci et vivait avec sa chienne qui avait une maladie et avait perdu tout son poil. Pour qu’elle n’ait pas froid, Jacques lui mettait de vieux chandails usés. Donc quand on voulait se moquer de quelqu’un de mal attifé, on disait qu’il était habillé comme la chienne à Jacques !

C’est quétaineLire la suite »

Précieux souvenirs d’enfance…

Julie DuPage 

Je suis parfois nostalgique des ces moments d’insouciance où la seule règle était de rentrer avant la tombée de la nuit. C’est la raison pour laquelle j’ai eu envie d’écrire ce texte il y a quelques temps. Pour ne jamais oublier ces précieux souvenirs d’enfance…  

“Vive les vacances, au diable les pénitences, on met l’école en feu et les soeurs dans l’milieu!” C’était autour du 23 juin, la fin des classes. Maman nous attendait, ma soeur et moi à la sortie. Nous chantions, nous sautions de joie et d’excitation. Il faisait beau et déjà chaud. “Au temps, suspend ton vol” comme le disait Lamartine. Il aurait pu s’arrêter là, le temps, tellement j’étais transportée et heureuse à l’idée de ces 2 longs mois d’été…

Nous partions à Magog, la voiture de maman chargée à bloc puisque nous allions nous y installer pour toute la période estivale. J’avais 9 ans, et j’étais déjà folle de lecture. J’aimais particulièrement les aventures de Martine, et là, précisément, je me sentais être l’héroïne de “Martine part à la campagne”!

Ma grand-mère et mon arrière- grand-mère, que j’appelais respectivement “mamie” et “grand-maman”, nous rejoindraient très vite. C’était un véritable déménagement!

Quatre générations de femmes sous le même toit, c’était intense en émotions! Mon père qui travaillait la semaine nous honorait de sa présence le week-end. C’était notre pacha! Et nous étions si heureuses de le revoir…

Petit à petit, les amis arrivaient aussi. Nous avions tellement de choses à nous raconter car très souvent, nous nous étions dit au revoir l’été précédent.Lire la suite »

Ces profs qui font la différence 

PHOTOS CONFIANCE EN SOI-fi6589329x771

Nous étions à table tous les quatre et comme il est de mise en juin, mes enfants faisaient le bilan de leur année scolaire : les points forts, les coups de cœur, les embûches, les profs, les amis, etc. J’aime ces rituels de famille où nous prenons le temps. Je suis toujours étonnée de voir combien les langues se délient autour d’un bon repas, même du côté de mon ado de 13 ans ½ !

Ma Biquette traverse cette phase où le roulement des yeux est de rigueur et où nous, ses parents, ne pouvons juste pas comprendre! Je me rattrape avec mon fils de 11 ans qui me trouve encore cool et fun ! Mais pour combien de temps ?

Notre discussion était animée et joyeuse et soudainement ma fille s’est mise à pleurer. De chaudes larmes qui m’ont émue. Je l’ai prise dans mes bras et doucement j’ai cherché à comprendre la raison de ce gros chagrin.

Entre deux sanglots et d’une voix à peine audible, j’ai compris… Elle allait quitter Madame M. sa titulaire de secondaire 2 et aussi sa prof de maths. Celle qui aura toujours une place spéciale dans son cœur…

En principe, Billie plus  maths  egal pas  une histoire d’amour, bien au contraire ! L’année dernière, elle avait un professeur cérébral, élitiste qui s’intéressait davantage aux élèves  matheux et très doués.

De semaine en semaine, de mois en mois, ma Biquette désemparée et stressée perdait confiance en elle, doutait de ses capacités, obtenait de piètres notes et maudissait encore plus les « foutues » mathématiques.

À la rentrée, sa rencontre avec Madame M. changea absolument tout ! Lire la suite »

Cinq petites heures…

paris-cdn-locations-images.tripomatic.com_

Il y a quelques semaines, mes parents sont allés rendre visite à ma sœur et à mes neveux qui habitent en France. Le lendemain de leur arrivée, mon père ne se sentait pas très bien et avait du mal à reprendre son souffle.

Papa est une force de la nature, il est de cette génération de Baby Boomers qui ne se plaint jamais ! Le voir dans cet état n’était pas habituel, ma sœur Clara a immédiatement téléphoné au Samu (service d’aide médical urgente). À la seule mention de l’âge de mon père et du récent vol d’avion, le Samu n’a pris aucune chance et a aussitôt dépêché SOS Médecins sur place. Trente minutes plus tard, mon père faisait un électrocardiogramme qui semblait normal, mais l’écoute des ses poumons et sa toux n’étaient pas bonnes. Le docteur à domicile souhaitait valider ses impressions par des examens plus poussés. Avec une ordonnance, il a envoyé papa à l’hôpital.

Les services hospitaliers ont pris le relais avec radiographie des poumons et prises de sang. Un autre médecin a analysé le dossier mais un doute persistait, celui d’une embolie pulmonaire. Les risques sont effectivement plus élevés après un long vol d’avion. Dans l’incertitude, un spécialiste fut consulté et un scanner des poumons a été effectué. Tous doutes finalement et heureusement écartés, papa avait une grosse infection des bronches et des poumons, une broncho-pneumonie. On lui administra d’emblée une première dose d’antibiotiques puis il repartit chez ma sœur mal en point et fiévreux, mais néanmoins soulagé du diagnostic.

Le plus étonnant dans cette histoire ? Lire la suite »

Des nouvelles de Boogie!

IMG_5411 (1)

Ce n’est pas dans mes habitudes de vanter tel ou tel produit, mais j’ai découvert un traitement pour chien tout à fait adapté à ce que je cherchais! J’ai accepté d’en parler et j’ai envie de le partager avec vous! Les propriétaires de chiens vont certainement se retrouver dans ce texte!

Je suis complètement gaga de Boogie, mon adorable petit Cockapoo! Cette petite boule d’amour est une belle addition à notre vie de famille!

Boogie me suit quasiment partout! Lorsque j’écris mes billets, comme en ce moment, il me réchauffe les pieds. Quand je m’entraîne, il fait les intervalles de course avec moi. Il m’accompagne même lors de certains rendez-vous plus informels! Bref, je vois plus mon chien que mon mari! Cherchez l’erreur!

La maman poule que je suis (on ne se refait pas!) n’est jamais bien loin et quand Boogie ne va pas bien, je suis inquiète… J’ai fait rire mes amis en leur racontant que j’étais une petite fille “abonnée” aux otites, j’ai eu deux enfants “à otites” et maintenant un chien qui en fait aussi!Lire la suite »