La guerre de la tuque

par Isabelle Massé

IMG_8517

L’hiver s’en vient. Les pneus à crampons sont posés, les meubles de la terrasse sont en état d’hibernation, le calfeutrage des fenêtres est fait et les manteaux sont sortis de l’armoire à boules à mites. Il ne me reste qu’à pratiquer ma technique pour visser une tuque sur ma tête. Car on n’entre pas huit kilos de cheveux sous un bonnet avec nonchalance!

Vous avez remarqué?  J’ai les frisous joyeux et exaltés. Lire la suite »

C’est mon héroïne !

Puis-je vous poser une question: Avez-vous un héros ou une héroïne dans la vie ? Quelqu’un que vous admirez, qui vous inspire ?

Spontanément, pour moi c’est ma mère, mais aussi ce petit bout de femme que j’ai rencontrée il y a six ans, qui a changé ma vie le 9 novembre 2011. Docteure Lena Rivard de l’Institut de Cardiologie de Montréal. C’est elle qui m’a convaincue de me faire opérer du cœur. Ce matin-là, je suis partie avec mon mari. J’ai fait croire aux enfants que j’allais en tournage à l’extérieur de la ville et que c’était la raison pour laquelle j’avais un plus gros sac. Il n’était pas question de les inquiéter.Lire la suite »

Risotto d’automne à la citrouille, fromage de chèvre, prosciutto croustillant & canneberges séchées

par Justine Joyal

FullSizeRender-33

Comment utiliser les restes de nos citrouilles d’Halloween? Recette originale & délicieuse de ma collaboratrice Justine Joyal. Vous m’en donnerez des nouvelles!

Pour 4 personnes

 Ingrédients

4 ½ tasses de bouillon de poulet

1 ¼ tasse (300ml) de purée de citrouille (maison ou en conserve)

1/4 tasse (60 ml) de sauge fraîche hachée

3 cuillères à thé de miel

4 branches entières de thym

Jus d’un demi-citron pressé

1/4 tasse (60 ml) de beurre

1 gros oignon espagnol haché

2 grosses gousses d’ail hachées

1 ½ tasse (375 ml) de riz Arborio

1/2 tasse (125 ml) de vin blanc sec

1/3 tasse (75 ml) de fromage parmesan râpé

1/2 tasse (75ml) de fromage de chèvre et quelques morceaux émiettés pour garniture

1 pincée de muscade moulue (facultatif)

1 pincée de cannelle moulue (facultatif)

Tranches de prosciutto au goût pour la garniture

1/2 tasse de canneberges séchées entières

Sel & poivre

 

Préparation

Pour le prosciutto croustillant

  1. Étaler les tranches de prosciutto une à une sur une plaque allant au four tapissée d’un papier parchemin.
  2. Préchauffer le four à haute température (broil)
  3. Enfourner pour 3 minutes ou jusqu’à ce que les tranches de prosciutto soient croustillantes

Pour le risotto

  1. Mélanger la purée de citrouille, le bouillon, le miel, le jus de citron et la sauge dans une casserole à feu vif et porter à ébullition. Réduire à feu doux et garder au chaud.
  2. Faire fondre la moitié du beurre à feu moyen doux dans une casserole à hauts rebords.
  3. Ajouter l’oignon, les branches de thym et l’ail, et cuire, en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que le mélange soit légèrement doré et caramélisé.
  4. Incorporer le riz jusqu’à ce qu’il soit bien enrobé et mouillé.
  5. Ajouter le vin et laisser évaporer de moitié
  6. Incorporer 1 tasse (250 ml) du mélange de citrouille-sauge. Cuire en remuant constamment jusqu’à ce que le liquide soit absorbé presque complètement.
  7. Ajouter le bouillon, 1/3 tasse (75 ml) à la fois, petit à petit.
  8. Remuer constamment.
  9. Répéter jusqu’à ce que tout le bouillon ait été utilisé et qu’il soit entièrement absorbé par le riz, qui se doit d’être al dente.
  10. Incorporer les fromages, la muscade et la cannelle moulue (facultatif) et bien remuer.
  11. Garnir de prosciutto croustillant, des canneberges et de fromage de chèvre émietté

 

*** Préparation de la purée de citrouille maison

  Citrouille d’environ 2,5 à 3,2 kg (environ 6lbs)

  Huile de pépin de raisin

  Sel & poivre

  1. À l’aide d’un couteau, retirer la partie supérieure de la citrouille.
  2. Retirer les graines et filaments de l’intérieur de la citrouille en grattant pour obtenir une surface intérieure dite lisse.
  3. Saler et poivrer la chair intérieure.
  4. Huiler l’intérieur et l’extérieur de la citrouille.
  5. Préchauffer le four à 350 °F.
  6. Cuire au four sur une plaque de cuisson jusqu’à ce que la chair soit tendre, environ 1h30 à 2h.
  7. Laisser refroidir, racler la chair et réduire en purée lisse à l’aide du robot culinaire.

 

Bon appétit!

Justine

 

Prove them wrong!

par Madame Lise Watier

Je suis très admiratrice du parcours de Madame Lise Watier. Il y a quelques semaines, j’étais assise à ses côtés et elle me racontait tous les projets sur lesquels elle travaillait. Elle n’arrête jamais! Ses conseils: croire en soi et persévérer… Madame Watier m’a fait l’honneur d’écrire un billet pour mon blog… Voici la leçon de son grand-papa…

Julie pour ton blog, une leçon apprise de mon grand-papa adoré:

Jeune étudiante, je me faisais taquiner par mes compagnes de classe qui me disaient: « les premières de classe, ça ne réussit jamais dans la vie! » Ambitieuse et travaillante comme j’étais, ces mots m’atteignaient beaucoup.

En confiant ma peine à mon grand-père adoré, j’ai reçu ce conseil précieux: « C’est simple! Tu n’as qu’à leur prouver qu’elles ont tort »

Prove them wrong!

Ce bon conseil m’a servie tout au long de ma vie.

Quand je me suis lancée en affaires, personne ne croyait en mon rêve. Et même une étude de marché que j’avais commandée en 1971, avait été dévastatrice! Personne n’achèterait de produits Lise Watier, compagnie québécoise, alors que toutes les consommatrices de l’époque achetaient soit des produits français, soit des produits américains déjà bien implantés ici. 30 ans plus tard, les produits Lise Watier occupaient la première position des ventes de cosmétiques au Québec.

I proved them wrong!

En 1996, à Paris, alors que l’acheteuse principale de la promotion Noël au Canada, avait levé le nez, d’une façon très hautaine, sur notre parfum Neiges, (le parfum #1 au Québec). Parmi tous les produits en provenance du Canada représentés dans cette promotion, le produit qui s’est le plus vendu? Neiges!

I proved her wrong! Encore une fois.

Ce conseil m’a tellement motivée à me surpasser, à croire en moi, et à persévérer dans l’atteinte de mes objectifs, que je ne peux m’empêcher de le partager avec celles qui doivent se battre et se débattre pour atteindre leur but.

J’ai appris aussi que le mot bonheur se conjugue mieux avec le verbe ÊTRE qu’avec le verbe AVOIR.

Lise Watier

12079201_10153028165636394_4097293296427150870_n

#MoiAussi

Julie moiausi

On m’avait dit que Paris était une jungle. On m’avait prévenue… À 18 ans, sur l’invitation d’un grand agent parisien, je débarquais dans la Ville Lumière. Très jeune je voulais être actrice, et le film « La gifle »  avec Isabelle Adjani fût l’un des déclencheurs de cette passion. Je dévorais les films les uns après les autres, même s’ils n’étaient pas de mon âge. Kusturika, Almodovar, Wilder, Kazan, Truffaut, etc. Le même phénomène se produisait avec les livres. Cette envie d’incarner des personnages, de vivre une vie qui ne serait jamais la mienne. Ce désir viscéral d’être parfois tout et son contraire, tantôt douce et fragile, tantôt forte et puissante… J’étais profondément attirée par ces différentes nuances.

Je me suis retrouvée seule au début des années 90 dans mon petit studio de la rue Princesse, le cœur gonflé à bloc et la tête pleine d’espoir. L’avenir m’appartenait, j’y croyais plus que jamais ! Mais à quel prix…Lire la suite »