À l’aube de 2020, peut-on tout dire?

 

DSC_0908

 

Lorsque mon mari est entré dans ma vie, il avait l’impression que ma famille et moi nous nous disputions à table.

«Mais non, on n’est pas fâchés on discute simplement! »

Il a dû s’habituer au ton passionné de nos conversations. Ces échanges de point de vue se terminent toujours dans la bonne humeur et sans rancune! Nos opinions parfois diamétralement opposées ne nous empêchent jamais de respecter nos différences. C’est comme une règle évidente, non-écrite.

J’ai encore en mémoire mes cours de philo et particulièrement ceux sur la dialectique grecque qui résonnent d’une façon très moderne: « avoir des opinions différentes et chercher à se convaincre mutuellement au moyen d’arguments valables » : thèse, antithèse et synthèse. Je pose, j’oppose et je compose.

Je lisais récemment une entrevue de l’artiste française Charlotte Gainsbourg dans The Guardian. Elle faisait le triste constat qu’aujourd’hui on ne peut plus dire grand-chose. «Tout est si politiquement correct, si ennuyeux, si prévisible”.

Son père, Serge Gainsbourg, grand provocateur serait de nos jours assurément censuré.

Et parfois, on ne peut plus faire grand chose non plus! L’animatrice Ellen DeGeneres a dû se justifier d’avoir assisté à un match de football. « Pourquoi une démocrate gaie de Hollywood est-elle assise à côté d’un ex-président républicain? » Tout simplement parce qu’elle est amie avec Monsieur George Bush ainsi qu’avec beaucoup de gens qui ne partagent pas ses idées.

– Et comme elle le dit : « On est tous différents et je pense qu’on a oublié que c’est ok. »

Ne vous arrive-t-il jamais de vous auto-censurer en choisissant d’aborder des sujets inoffensifs comme la météo par exemple, pour être certain d’atteindre le point de consensus plutôt que le point de rupture?

En dehors de nos familles et amis proches, peut-on tout dire et exprimer notre pensée librement, sans être jugé sévèrement ou assimilé à un électron libre? Les mentalités ont fort heureusement évolué. Mais tous sujets et enjeux sociétaux peuvent être dérangeants. Cela dépend de l’ouverture d’esprit avec lesquels on les approche.

Dans un billet où j’ai prôné et encouragé ouvertement la diversité corporelle, j’ai été taxée par certains de « grossophobe ». Cherchez l’erreur!Lire la suite »

À toi, p’tit con!

stop

P’tit con, c’est à toi que je m’adresse! Tu m’as croisée sur l’autoroute 15 en direction de Laval la semaine dernière. C’était le début de l’après-midi, il faisait très beau et pour une des rares fois depuis longtemps, nous pouvions presque croire que la belle saison était arrivée. Une sorte de frénésie du printemps qui donne des ailes! L’hibernation imposée et l’engourdissement qui m’ont habitée tout l’hiver ont soudainement laissé place à une énergie folle, une renaissance que seuls les habitants des pays nordiques peuvent comprendre.

J’avais troqué ma radio parlée pour de la musique pop et entraînante. Celle d’Angèle, cette artiste belge que j’ai découverte il n’y a pas si longtemps, tu connais? Je fredonnais sa chanson, « Tout oublier » dont les paroles me donnent une pêche d’enfer: « le spleen n’est plus à la mode, c’est pas compliqué d’être heureux. C’est simple, si tu voulais tu le s’rais… »!

C’est vrai, parfois un simple rayon de soleil printanier, chaud et lumineux peut rendre heureux! Pas plus compliqué que ça! Je me sentais légère et de bonne humeur! Quelques jours plus tard je recommencerais un tournage, j’avais comme on dit le sourire étampé dans le visage! Tu as failli tout gâcher et faire basculer mon précieux bonheur… Pas seulement le mien d’ailleurs.Lire la suite »

Good old days!

Image-1 (1)

Le week-end dernier pour son anniversaire, j’avais proposé à mon fils Augustin d’inviter à la campagne cinq de ses amis. Au programme, randonnées en plein air, ping-pong, fou rires et surtout leur passion presque exclusive, les jeux vidéo !

Après deux heures et demie de routes enneigées et glissantes en raison d’une ultime tempête sournoise, nous sommes finalement arrivés à bon port. Les arbres courbés sous le poids de la lourde neige printanière formaient une haie d’honneur. À la fin mars, cette beauté perd  quand même un peu de sa magie!

Il était près de 20 heures et je me mettais rapidement à la préparation du repas pour sustenter mes affamés qui s’impatientaient. Tout à coup, j’aperçus au loin des gerbes d’étincelles suivies d’une pétarade. Lire la suite »

Les écureuils aiment le chocolat !

Screenshot 2018-03-29 19.19.09

Pour son anniversaire, il désirait un gâteau au chocolat « fait maison ». Et comme toutes les mamans je voulais faire plaisir à mon Titou d’amour.

Je n’ai jamais caché ma relation amour-haine avec la cuisine. Ma mère, ma grand-mère, mon arrière-grand-mère avaient ça dans le sang. Sans efforts ni livres de recettes, elles arrivaient à concocter des petits plats ou des desserts tous plus succulents les uns que les autres. Bref dans ma famille, la barre est haute et j’ai l’impression d’avoir rompu avec une longue lignée de fées culinaires…

Il y a des jours où je manque totalement d’inspiration et aller au supermarché me semble une corvée ! Je rêve de claquer des doigts et de faire apparaître sur la table un bon repas bien chaud ! Quand mon fils me demande le pouvoir que j’aimerais posséder si j’étais une super héroïne, celui-ci fait partie de mon top 3 !

J’ai des phases où je rate systématiquement tout. Dans ces moments-là, il est recommandé de bien mastiquer et de boire beaucoup d’eau pour manger, entre autres mon poulet trop cuit ! Mes enfants m’ont même suggéré de faire appel à un ou une amie chef pour quelques conseils culinaires. J’exagère à peine…

On dit que la cuisine commence par l’excitation des yeux et là aussi, ce n’est pas toujours « winner » ! Et pourtant je suis du genre tenace ! J’ai tout de même à l’occasion de superbes moments de grâce et quand je maîtrise une recette, je m’y accroche ! Après tout, pourquoi toujours vouloir sortir de sa zone de confort, n’est-ce pas ?

À l’automne, mon mari et moi avons organisé quelques soupers entre amis à la maison et devinez quoi, j’ai cuisiné la même chose à chaque fois ! Pas avec les mêmes personnes, je vous rassure. Parlez à mon chum de mon fameux veau aux olives… il est juste « pu capable »!Lire la suite »