Être femme…

ACS_0086 (5)

Il y des rencontres marquantes, celle avec Aimée en est une. Voici un billet que j’ai écrit il y a un an exactement. Pour les commémorations des 25 ans du génocide rwandais, j’ai eu envie de partager à nouveau avec vous mon coup de cœur pour cette femme au parcours dur et atypique…

Depuis trois ans je m’assois toutes les semaines sur sa chaise et nous parlons. Même si j’ai de la lecture ou du travail à faire, Aimée trouve toujours le moyen de me distraire et de m’intéresser par ses propos pertinents. Elle parle beaucoup, jamais pour ne rien dire et les sujets sont très variés. Nous passons aisément de la politique à la littérature, la cause des femmes, la mode, etc. Comme Julie La Pie, Aimée est curieuse et notre heure de conversation devient un incontournable de ma semaine. En plus de tout ça, elle fait de magnifiques « brushing » ce qui n’est pas banal non plus ! VaVa Voom !

Aimée a 28 ans et vient du Rwanda. Elle ne passe pas inaperçue, grande, exubérante, souriante et féminine jusqu’au bout des doigts !

Depuis plusieurs mois, elle travaillait assidûment à l’écriture d’une histoire avec son amoureux. Ne dit-on pas que nous portons tous un livre en soi ? Le projet prit de l’importance et un jour le nom de l’éditeur Gallimard fut évoqué. J’étais si heureuse pour elle !

À la fin février, Aimée me tendit fièrement le carton d’invitation de son lancement. Bien sûr, elle pouvait compter sur moi !

Comme d’habitude elle sécha mes cheveux, mais semblait agitée et nerveuse. Elle parlait tellement vite que les mots et les phrases se bousculaient. Est-ce que j’avais bien compris ce qu’elle tentait de me dire ?

« Moi qui suis une femme trans ? Oui ma chérie, tu as très bien entendu ! »Lire la suite »

Un peu d’air svp!

 

IMG_4456

Je suis une maman très investie auprès de mes enfants et je vis volontiers à leur diapason. Ce n’est évidemment pas la seule chose qui me définit : mes nombreuses passions professionnelles, ma soif de curiosité, mes précieuses amitiés prennent également une large place, ce qui demande toute une organisation !

J’avoue humblement être très à l’écoute et souvent disponible pour les souhaits et désirs raisonnables de ma progéniture. Le temps en famille passe si vite, il y a des moments qu’il faut saisir car malheureusement ils ne reviennent pas.

L’art d’un parent, c’est aussi une façon d’être vrai, sans vexer ou heurter. Il y a quelques jours, j’ai dû appliquer ce principe avec doigté ce qui n’était pas évident.

Je suis une femme moderne, féministe qui essaie toujours d’en faire plus et qui croit pouvoir rivaliser avec Wonder Woman. À tort bien sûr, puisque Wonder Woman n’a pas d’enfants ! Blague à part, ma dévotion et mes élans d’enthousiasme ont des limites.Lire la suite »

Je réalise un rêve de petite fille…

Voilà une semaine qui se termine bien! 35 ans plus tard, je réalise un rêve de petite fille…

J’ai connu Guillaume à l’âge de 8 ans. Nos parents possédaient une maison à la campagne et nous passions des étés mémorables au bord de celui que j’appelle encore “mon lac”, le Memphrémagog. De purs moments de joie, de bonheur et d’insouciance. Nous pouvions l’être encore à cette époque…

Guillaume et moi étions inséparables et même les petites chicanes de bande d’amis n’ont jamais eu raison de notre connivence. Nous appartenions indéniablement à la même équipe!

Que ce soit en balade à vélo, en disputant un match de tennis ou étendus dans l’herbe à nous prélasser au soleil, nous parlions tout le temps! Ça n’a pas changé aujourd’hui. Nous refaisions le monde et nous nous projetions dans l’avenir. Rien n’arrêtait nos rêves les plus fous.

Les après-midis pluvieux se passaient au son de la bonne musique des années 80, sous la véranda chez Guillaume! C’est là que je lui ai proposé ce pacte et que nous nous sommes fait cette promesse… Je voulais devenir actrice, il souhaitait travailler dans le domaine de la mode. Je deviendrais sa muse à l’instar de Hubert de Givenchy avec sa chère Audrey Hepburn. Comme dans la chanson d’Aznavour, “Je me voyais déjà en haut de l’affiche” arborant fièrement une robe signée “Guillaume”!

Au tout début de notre vingtaine, nous vivions dans le 6e arrondissement de Paris, à quelques rues l’un de l’autre. Sa présence non loin de moi me rassurait. Combien de fois nous sommes-nous encouragés à persister dans la jungle parisienne? C’était une période exploratoire, formatrice, excitante, mais ô combien difficile.Lire la suite »

Une histoire de filles!

Julie du Page

En janvier, pas de résolutions pour moi! Je préfère les bilans, les rétrospectives, le fait de prendre du recul afin de mieux voir l’horizon. J’aime aussi une idée qui me vient de ma copine Isabelle Racicot, celle de choisir un mot qui définira ce que l’on souhaite pour l’année à venir. En 2017 c’était “équilibre”. Celui de 2018, “liberté”.

Les résolutions ajoutent souvent un stress, une pression à nos vies déjà effrénées. Si par malheur on les abandonne après quelques semaines, on se sent coupable! Pourtant, une résolution prise il y a cinq ans tient toujours… Peut-être vous inspirera-t-elle?

Mon amie Natalie avait eu l’idée de faire un club de lecture. Rien de très original à priori, j’en conviens ! Elle a demandé à chacune de ses six copines d’en inviter une autre afin de former un petit groupe à la fois homogène et diversifié. Les conditions: être une maman  occupée et posséder son franc-parler!

Au début, l’idée n’a pas fait l’unanimité ! Toutes les excuses étaient bonnes pour se désister; pas le temps de lire beaucoup, trop de travail, les enfants et j’en passe… Oui, la vie va vite, mais il faut savoir se poser et prendre le temps!Lire la suite »

Ma gang de filles!

FullSizeRender-6

Voici le sketch que j’ai écrit pour le spectacle « Femmes Ensemble », dans le cadre de la journée internationale des femmes. Bonne lecture! À suivre bientôt, la vidéo de la captation live!

« Bonsoir,

Je suis tellement heureuse d’être ici! Dans ma vie, j’ai toujours été entourée de femmes, alors pas besoin de vous dire que ce soir je me sens dans ma gang. Bon, messieurs dans la salle, je vous aime aussi, mais avouez qu’on ne voit pas l’amitié de la même façon… Quand mon mari part en week-end avec ses chums de gars, c’est à moto que ça se passe. Ils peuvent faire Montréal-Gaspésie en 3 jours! 2000km en 3 jours! Toutes les fois, je lui pose la même question :

« Vous ne vous parlez pas ? »

« Non pas vraiment ! Mais c’était tellement l’fun pis la route était tellement belle ! »

On n’est pas comme ça nous les filles, hein ? Eux ils font 2000 km sans se parler, nous c’est comme si chaque rencontre on mettait 2000 km de mots bout à bout, arrêtez-nous quelqu’un! Quand je dis « nous », je parle de ma gang de filles ! On est quatre et on a fêté nos noces d’argent d’amitié ! Plus de 25 ans d’amitié qui ont survécu aux aléas de la vie, aux maris, aux bébés, aux déplacements à l’étranger, aux chicanes, aux coups de gueule, aux hormones dans l’tapis, aux premières rides… Oui et malgré tout ça, on est encore les meilleures amies du monde! On réussit à se voir assez souvent, mais le gros highlight de nos rencontres se passe à New York, le long week-end de la Reine, fin mai. Chaque année, c’est inscrit à l’agenda! Est-ce que j’abandonnerais ma famille dans la misère pour ce rendez-vous? (Je fais un petit oui de la tête)Lire la suite »