Ce n’est qu’un au revoir…

Cette année, le moment des « au revoir » était particulièrement déchirant. Les étreintes furent plus longues que d’habitude, les pleurs plus intenses. Il planait comme une espèce d’urgence à rester dans la douceur de leur bulle afin de suspendre le temps quelques minutes encore. Au cas où… 

La fraicheur soudaine des derniers jours nous rappelle à l’ordre des saisons. L’agréable parenthèse estivale se termine. J’avoue ressentir un mini blues post vacances, le même qui se pointe inévitablement après la fin de semaine du travail… La rentrée est bien souvent synonyme de contraintes et de stress. On doit malheureusement délaisser une certaine liberté qu’on a eu tant de plaisir à goûter. J’ai toujours du mal avec le mot « fin ». Comme si quelque chose m’échappait…Lire la suite »

Une femme parfaite des années 50!

 

Capture d’écran 2020-04-01 à 7.12.48 PMDepuis le début du confinement, je fonctionne en accéléré. Gonflée à bloc, prête à tout pour ne pas mettre en péril l’équilibre de ma famille et conjurer ce flottement dans lequel nous sommes tous plongés. Capitaine de la maisonnée, à la fois responsable de l’organisation, du fonctionnement, du bien-être et de la bonne humeur! Bienvenue à l’hôtel « Chez Julie »! Plus que jamais, la charge mentale à son paroxysme!  Rythmée de façon méthodique, Julie la Pie alias maman, cuisinière, pâtissière, assistante-profs, surveillante, ménagère, bonne épouse, organisatrice de divertissements… c’est ÉPUISANT! 

Dans toute cette agitation inhabituelle, j’ai du mal à prendre une pause sereine pour moi, que pour moi. J’envie les gens qui en sont capables. Je culpabilise sur tout ce que je pourrais faire pour être encore plus efficace ou utile… On ne se refait pas en claquant simplement des doigts! Me suis-je métamorphosée en parfaite femme au foyer des années 50? Lire la suite »

Aux grands maux, les grands moyens ?

 

1800X-Voyages-en-avion-droits-et-recours

À travers leur Histoire, jamais les humains ne se sont autant déplacés sur la Planète, ce qui augmente les risques de contagion de façon exponentielle.

Comme beaucoup d’entre vous, je suis avec intérêt et appréhension l’évolution du COVID-19.

L’administratrice en chef de la santé publique du Canada, la docteure Theresa Tam ou le directeur national de la santé publique au Québec, Horacio Arruda rappelent que le risque de propagation du coronavirus au Canada et au Québec est toujours faible, mais on sent tout de même un léger vent de panique à l’horizon. La paranoïa se transmet plus vite qu’un virus… On l’a vu avec ce couple de Québec et leur bébé de 21 mois qui présentait des symptômes de rhume alors qu’il avait été examiné par un médecin le matin même. La petite famille « indésirable » n’a jamais pu décoller pour Paris.

Selon le site de la santé publique du gouvernement du Canada, à la question « y a-t-il un risque de contracter le COVID-19 si je touche une surface qui a pu être contaminée ? », voici ce qu’on y trouve: “En général, les coronavirus ont une faible capacité de survie sur les surfaces et se propagent généralement par des gouttelettes respiratoires projetées lors d’une toux ou d’un éternuement. Dans le cas du COVID-19, les chercheurs poursuivent activement leurs recherches afin d’en apprendre plus sur le mode de transmission.”

On y indique également les mesures de prévention de base, notamment nettoyer et désinfecter fréquemment les surfaces couramment touchées…

Ce n’est pas faute de moyens, force est de constater que les milliers de chercheurs à travers le monde n’ont pas encore trouvé la clé du problème.

Nous sommes à quelques jours de la relâche dans la plupart des écoles du Québec. De nombreuses familles vont partir en voyage afin d’échapper à la grisaille de l’hiver et faire le plein de vitamine D. Lire la suite »

Être femme…

ACS_0086 (5)

Il y des rencontres marquantes, celle avec Aimée en est une. Voici un billet que j’ai écrit il y a un an exactement. Pour les commémorations des 25 ans du génocide rwandais, j’ai eu envie de partager à nouveau avec vous mon coup de cœur pour cette femme au parcours dur et atypique…

Depuis trois ans je m’assois toutes les semaines sur sa chaise et nous parlons. Même si j’ai de la lecture ou du travail à faire, Aimée trouve toujours le moyen de me distraire et de m’intéresser par ses propos pertinents. Elle parle beaucoup, jamais pour ne rien dire et les sujets sont très variés. Nous passons aisément de la politique à la littérature, la cause des femmes, la mode, etc. Comme Julie La Pie, Aimée est curieuse et notre heure de conversation devient un incontournable de ma semaine. En plus de tout ça, elle fait de magnifiques « brushing » ce qui n’est pas banal non plus ! VaVa Voom !

Aimée a 28 ans et vient du Rwanda. Elle ne passe pas inaperçue, grande, exubérante, souriante et féminine jusqu’au bout des doigts !

Depuis plusieurs mois, elle travaillait assidûment à l’écriture d’une histoire avec son amoureux. Ne dit-on pas que nous portons tous un livre en soi ? Le projet prit de l’importance et un jour le nom de l’éditeur Gallimard fut évoqué. J’étais si heureuse pour elle !

À la fin février, Aimée me tendit fièrement le carton d’invitation de son lancement. Bien sûr, elle pouvait compter sur moi !

Comme d’habitude elle sécha mes cheveux, mais semblait agitée et nerveuse. Elle parlait tellement vite que les mots et les phrases se bousculaient. Est-ce que j’avais bien compris ce qu’elle tentait de me dire ?

« Moi qui suis une femme trans ? Oui ma chérie, tu as très bien entendu ! »Lire la suite »

C’était le 9 mars 1969…

07810125

Je discute beaucoup avec mon père et ce depuis toujours. Je pourrais l’écouter pendant des heures et j’aime particulièrement lorsqu’il évoque ses souvenirs. Comme celui de ce jour important et qui allait changer le cours de sa vie. Il était une fois, le 9 mars 1969…

Il y a 50 ans, j’arrivais de France pour la première fois au Canada. C’était le 9 mars 1969.

J’avais bénéficié d’un sursis jusqu’à la fin de mes études et je devais effectuer mon «service militaire». Il s’agissait d’une obligation pour les jeunes gens de cette époque. Bien sûr, il n’y avait rien de militaire dans ce séjour au Québec qui devait durer deux ans. L’idée d’accueillir de jeunes Français dans les milieux professionnels québécois s’était développée dans la foulée du voyage du Général de Gaulle. À l’inverse, l’Office franco-québécois pour la jeunesse commençait à organiser des stages en France pour de jeunes Québécois.

J’ai eu la chance d’être intégré à la Société Générale de Financement du Québec, la fameuse SGF dont les ambitions économiques étaient grandes spécialement dans les milieux canadiens-français. L’équipe présidée par Jean Deschamps était formidable et enthousiaste. J’ai eu l’occasion d’y côtoyer beaucoup de jeunes hommes qui allaient marquer l’avenir et l’Histoire du Québec. Je pense notamment à Jacques Parizeau, Bernard Landry, Pierre Macdonald, Marcel Pépin et à beaucoup d’autres de cette belle génération de diplômés ambitieux et talentueux.Lire la suite »