Le IPad, suite…

apple-ipad-2018-geskin-concept-630x354

Je me devais de répliquer à la lettre collective (L’IPad a le dos large) parue ce matin dans la Presse Plus en réaction à mon article sur les tablettes dans les écoles. J’ai l’impression que ces cinq personnes n’ont pas compris mes propos. Ou peut-être cherchaient-ils un bouc émissaire pour justifier leurs certitudes? Voici ma réponse:

Mesdames et Monsieur,

J’ai lu votre réponse, mais avez-vous vraiment lu mon texte ? On peut réellement se poser la question. Avez-vous également lu l’article précédant dans La Presse Plus du 26 novembre qui a inspiré ma réflexion? Mon billet ne se voulait pas polémique…

Mon modeste propos n’avait pas d’autres prétentions que de refléter les inquiétudes de la maman que je suis, notamment sur le temps d’exposition quotidien aux écrans. Je pensais en particulier aux élèves plus jeunes du début du secondaire qui ne savent pas toujours bien gérer leur temps.

Si vous m’avez bien lue, vous avez en principe compris que je ne suis pas contre l’utilisation de la tablette à l’école. Bien au contraire!

Mon texte montre très clairement que je suis ni obtuse, ni passéiste, ni nostalgique, ni contre le progrès. Je suis pour les outils modernes du XXIe siècle comme vous le dites. La tablette en fait partie, mais l’éducation ne se résume pas à un IPad qui serait subitement devenu l’outil universel. Les nombreux commentaires reçus suite à la parution de mon texte me démontrent que beaucoup de professeurs et de parents pensent comme moi.

Vous invoquez de très nombreuses études auxquelles vous vous êtes référées ainsi qu’à une pléthore de spécialistes.  Même notre astronaute préféré est mis à contribution dans votre argumentation! Je ne conteste pas la validité de ces études ni la pertinence des spécialistes consultés, mais je pense que le vécu au quotidien peut apporter d’autres conclusions.

Oui à la tablette dans les écoles! Mais tout est dans la recherche d’un équilibre harmonieux. Trop, c’est comme pas assez! Il est important de reconnaître que des nuances et des divergences d’opinions peuvent aussi exister.

Bien cordialement,

Julie du Page