Le cœur des femmes a ses raisons…

 

robe rouge

De l’inégalité entre les hommes et les femmes, il y en a encore beaucoup trop! Dans plusieurs domaines, entre autres celui de la santé cardiaque et cérébrale des femmes. Je le sais parce que je m’y intéresse grandement depuis que j’ai subi une opération du cœur à l’âge de 38 ans.

Mon intervention avait été tenue secrète. Seuls mes proches étaient au courant. Mes enfants, encore petits, avaient cru que maman partait quelques jours en tournage à l’extérieur.

Dans les mois qui ont suivi cet évènement marquant, les gens de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC m’ont contactée afin de connaitre mon intérêt pour leur cause. Ils ignoraient ma situation et comme je ne crois absolument pas au hasard, j’ai vu cet appel comme un signe de m’impliquer! Depuis, je le fais avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme! Toutes les causes sont nobles, mais celle-ci me tient particulièrement à… cœur.

J’ai eu l’occasion d’animer de nombreuses soirées et levées de fonds comme celle de lundi dernier 10 février #roberougemontréal. Un des évènements qui m’a le plus marquée est sans doute le panel d’experts de la santé que je dirigeais dans le cadre de la campagne #Listerouge qui vise le financement de recherches spécialement axées sur la santé cardiaque et cérébrale des femmes.

C’est à ce moment-là que j’ai réalisé l’iniquité qui existe entre hommes et femmes, notamment parce que les deux tiers des recherches et études cliniques ont été faites sur des modèles masculins. Lire la suite »

Janvier le terrible!

Si j’avais à choisir un mot pour qualifier le mois de janvier, j’utiliserais “réflexion”. Ce premier mois de l’année me fait chaque fois le même effet; celui d’une parenthèse ou d’une bulle nécessaire, mais étouffante. Un long lendemain de veille qui dure 31 jours où je me convaincs d’entamer ce nouveau cycle sur de bonnes bases. C’est dans cet état d’esprit de première de classe un peu fatigante que je décide de dormir encore plus, de manger encore mieux, de faire une cuisine plus variée pour ma petite famille, de ne pas boire une goutte d’alcool (maudit Dry January), de m’entraîner plus fort, de rester davantage à la maison, de tout réorganiser…

Cette hibernation consciente me donne l’impression d’être en “pénitence” tout janvier et d’attendre impatiemment février, où l’espoir renait, pour avoir du fun et revenir à une vie certes réglée, (pas le choix) mais ô combien plus palpitante! Comme si ce moment en “veilleuse” était inévitablement un passage obligé.

Il faut dire que notre cher hiver n’aide pas beaucoup. Ses caprices et sautes d’humeur (changements climatiques obligent) rendent le quotidien bien pénible… “On l’a pas facile” comme dirait l’autre, particulièrement cette semaine…Lire la suite »