S’il y avait eu erreur médicale?

IMG_6249

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt l’enquête révélatrice de la Presse faite sur les erreurs médicales. Cette série d’articles et de statistiques très bien documentés met en lumière des cas d’erreurs, de négligence et d’incompétence. La divulgation de ces histoires si injustes a touché chez moi une corde sensible, celle de la colère et de l’indignation et fit remonter à ma mémoire une période difficile.

Cet événement a laissé des traces dans mon inconscient puisque aujourd’hui encore, je ne pénètre pas dans un milieu hospitalier sans ressentir une vive appréhension et le réflexe d’être sans cesse sur mes gardes.

J’étais alors enceinte de mon deuxième enfant. La grossesse se déroulait à priori normalement et je vaquais allègrement à mes nombreuses occupations familiales et professionnelles. Le vent tourna, le verdict tomba : à vingt-six semaines, on m’annonça un diagnostic de placenta praevia complet. C’est seulement 1% des grossesses.Lire la suite »

Si j’étais un super héros…

 

ACS_0384 (1)

Depuis des années je fais souvent le même rêve; celui d’arriver dans différents pays et de communiquer verbalement et spontanément avec les gens. C’est un fantasme très libérateur, mais bien sûr utopique puisqu’il n’y a dans ce cas, ni barrières linguistiques, ni conflits, ni incompréhensions. Le bonheur de se comprendre sans intermédiaires! Un vœu pieux?

Je pense que tout cela remonte à mes cours de catéchisme et plus particulièrement au récit biblique de la tour de Babel. Je vous remets dans le contexte de cette histoire que l’on m’a racontée quand j’étais petite fille et qui visiblement m’a marquée et impressionnée. Les hommes parlaient une langue unique. Par orgueil, ils décidèrent de défier Dieu et de construire une immense tour pour atteindre les portes célestes. Dieu en fût courroucé et pour les punir, multiplia les langues. Hélas, plus personne ne se comprenait. Cela créa le chaos, la confusion et la discorde, d’où l’expression populaire : c’est une vraie tour de Babel!

Je parle le français, l’anglais et me débrouille en espagnol. J’aimerais connaitre d’autres langues, mais serais évidemment très loin du compte puisqu’il y en a au moins 6000 répertoriées dans le monde! Je considère leur enseignement essentiel et tiens le même discours à mes enfants.Lire la suite »

La vie privée existe-t-elle encore ?

Zuck-TA-AP_17145748750763

En 2018, est-ce un leurre d’utiliser l’expression « vie privée » ? N’est-elle pas déjà tellement malmenée? Depuis longtemps, prenons l’exemple des cartes de crédit, débit, points bonis, des téléphones intelligents ou même des caméras partout dans la ville. Il y a une ingérence omniprésente et impudique dans nos vies. Tout peut être su, vu, analysé et retracé. Même l’ermite qui résiste subit cette intrusion à son insu. Une des alternatives sera-t-elle d’adhérer à un service de messagerie ultra sécurisée et encryptée comme Proton Mail basé en Suisse ?

C’est bien évidemment le cas avec tous les réseaux sociaux et en particulier avec Facebook. Tout membre de la confrérie FB qui fait acte d’allégeance (sans bien tout comprendre d’ailleurs) cède une partie de son anonymat et s’expose lourdement. D’où l’importance de l’utiliser avec parcimonie et discernement. Tout est stocké et demeure « ad vitam aeternam ». C’est un sujet que j’aborde fréquemment avec mes enfants qui seront les utilisateurs de demain… Pas le droit aux conneries qui resteront indélébiles ! C’était quand même plus simple avant…

Ce préambule établi, je m’interroge sur l’étonnement de certains médias concernant l’affaire Cambridge Analytica. Sommes-nous si naïfs ? Facebook est sans aucun doute la pointe de l’iceberg. La porosité du Net est notoire et les exemples de fuites importantes sont nombreux : grandes chaînes commerciales, banques, institutions gouvernementales, etc. Rien n’est gratuit et à la moindre application que nous téléchargeons, nous cédons nos données et nos droits. Nous louangeons les super algorithmes, mais ils se retournent aussi contre nous en nous imposant des choix et en nous manipulant. Il y a lieu de s’insurger, bien sûr, mais pas de jouer à l’ « étonné(e) ». Pas en 2018 !

Pourquoi Monsieur Zuckerberg conserve-t-il toutes nos données alors qu’il s’agit d’un réseau social ?Lire la suite »