Être femme…

ACS_0086 (5)

Il y des rencontres marquantes, celle avec Aimée en est une. Voici un billet que j’ai écrit il y a un an exactement. Pour les commémorations des 25 ans du génocide rwandais, j’ai eu envie de partager à nouveau avec vous mon coup de cœur pour cette femme au parcours dur et atypique…

Depuis trois ans je m’assois toutes les semaines sur sa chaise et nous parlons. Même si j’ai de la lecture ou du travail à faire, Aimée trouve toujours le moyen de me distraire et de m’intéresser par ses propos pertinents. Elle parle beaucoup, jamais pour ne rien dire et les sujets sont très variés. Nous passons aisément de la politique à la littérature, la cause des femmes, la mode, etc. Comme Julie La Pie, Aimée est curieuse et notre heure de conversation devient un incontournable de ma semaine. En plus de tout ça, elle fait de magnifiques « brushing » ce qui n’est pas banal non plus ! VaVa Voom !

Aimée a 28 ans et vient du Rwanda. Elle ne passe pas inaperçue, grande, exubérante, souriante et féminine jusqu’au bout des doigts !

Depuis plusieurs mois, elle travaillait assidûment à l’écriture d’une histoire avec son amoureux. Ne dit-on pas que nous portons tous un livre en soi ? Le projet prit de l’importance et un jour le nom de l’éditeur Gallimard fut évoqué. J’étais si heureuse pour elle !

À la fin février, Aimée me tendit fièrement le carton d’invitation de son lancement. Bien sûr, elle pouvait compter sur moi !

Comme d’habitude elle sécha mes cheveux, mais semblait agitée et nerveuse. Elle parlait tellement vite que les mots et les phrases se bousculaient. Est-ce que j’avais bien compris ce qu’elle tentait de me dire ?

« Moi qui suis une femme trans ? Oui ma chérie, tu as très bien entendu ! »Lire la suite »

Précieux souvenirs d’enfance…

Julie DuPage 

Je suis parfois nostalgique des ces moments d’insouciance où la seule règle était de rentrer avant la tombée de la nuit. C’est la raison pour laquelle j’ai eu envie d’écrire ce texte il y a quelques temps. Pour ne jamais oublier ces précieux souvenirs d’enfance…  

“Vive les vacances, au diable les pénitences, on met l’école en feu et les soeurs dans l’milieu!” C’était autour du 23 juin, la fin des classes. Maman nous attendait, ma soeur et moi à la sortie. Nous chantions, nous sautions de joie et d’excitation. Il faisait beau et déjà chaud. “Au temps, suspend ton vol” comme le disait Lamartine. Il aurait pu s’arrêter là, le temps, tellement j’étais transportée et heureuse à l’idée de ces 2 longs mois d’été…

Nous partions à Magog, la voiture de maman chargée à bloc puisque nous allions nous y installer pour toute la période estivale. J’avais 9 ans, et j’étais déjà folle de lecture. J’aimais particulièrement les aventures de Martine, et là, précisément, je me sentais être l’héroïne de “Martine part à la campagne”!

Ma grand-mère et mon arrière- grand-mère, que j’appelais respectivement “mamie” et “grand-maman”, nous rejoindraient très vite. C’était un véritable déménagement!

Quatre générations de femmes sous le même toit, c’était intense en émotions! Mon père qui travaillait la semaine nous honorait de sa présence le week-end. C’était notre pacha! Et nous étions si heureuses de le revoir…

Petit à petit, les amis arrivaient aussi. Nous avions tellement de choses à nous raconter car très souvent, nous nous étions dit au revoir l’été précédent.Lire la suite »