Le cœur des femmes a ses raisons…

 

robe rouge

De l’inégalité entre les hommes et les femmes, il y en a encore beaucoup trop! Dans plusieurs domaines, entre autres celui de la santé cardiaque et cérébrale des femmes. Je le sais parce que je m’y intéresse grandement depuis que j’ai subi une opération du cœur à l’âge de 38 ans.

Mon intervention avait été tenue secrète. Seuls mes proches étaient au courant. Mes enfants, encore petits, avaient cru que maman partait quelques jours en tournage à l’extérieur.

Dans les mois qui ont suivi cet évènement marquant, les gens de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC m’ont contactée afin de connaitre mon intérêt pour leur cause. Ils ignoraient ma situation et comme je ne crois absolument pas au hasard, j’ai vu cet appel comme un signe de m’impliquer! Depuis, je le fais avec beaucoup de fierté et d’enthousiasme! Toutes les causes sont nobles, mais celle-ci me tient particulièrement à… cœur.

J’ai eu l’occasion d’animer de nombreuses soirées et levées de fonds comme celle de lundi dernier 10 février #roberougemontréal. Un des évènements qui m’a le plus marquée est sans doute le panel d’experts de la santé que je dirigeais dans le cadre de la campagne #Listerouge qui vise le financement de recherches spécialement axées sur la santé cardiaque et cérébrale des femmes.

C’est à ce moment-là que j’ai réalisé l’iniquité qui existe entre hommes et femmes, notamment parce que les deux tiers des recherches et études cliniques ont été faites sur des modèles masculins. Lire la suite »

Je ne suis plus sa Valentine !

IMG_2059

Je viens de prendre une drop, une méga débarque ! Adieu piédestal… Je suis destituée, découronnée… Une Juliette sans Roméo! Ô rage, ô désespoir…

Voici une petite histoire rigolote, une tranche de ma vie qui m’a beaucoup émue…

Hier, en arrivant à son école, mon fils de 10 ans me demanda si je pouvais lui donner un peu de son argent de poche. Le lendemain, mon Titou voulait se rendre seul à la pharmacie afin de choisir une surprise pour la St-Valentin. Je souris et promis de le lui donner un peu plus tard. À l’heure du repas, il me demanda à nouveau la même chose mais comme je devais quitter pour chercher sa grande sœur, je le fis, bien malgré moi, patienter encore un peu. Avant d’aller au lit, il me rappela à l’ordre !

« Maman, n’oublie pas mes sous ! Au fait, combien ça coûte une boîte de chocolats ? »

Complètement sous le charme, le sourire fendu jusqu’aux oreilles, je lui dis de ma voix la plus douce et mielleuse:

– « Mon chéri vraiment, garde ton argent. C’est super gentil, mais maman n’a pas besoin de chocolats ! Si tu veux, une belle carte ou un dessin me ferait tellement plaisir ! »

 Et c’est à ce moment-là que vint la gifle… Le « reality check » !Lire la suite »