Le IPad, suite…

apple-ipad-2018-geskin-concept-630x354

Je me devais de répliquer à la lettre collective (L’IPad a le dos large) parue ce matin dans la Presse Plus en réaction à mon article sur les tablettes dans les écoles. J’ai l’impression que ces cinq personnes n’ont pas compris mes propos. Ou peut-être cherchaient-ils un bouc émissaire pour justifier leurs certitudes? Voici ma réponse:

Mesdames et Monsieur,

J’ai lu votre réponse, mais avez-vous vraiment lu mon texte ? On peut réellement se poser la question. Avez-vous également lu l’article précédant dans La Presse Plus du 26 novembre qui a inspiré ma réflexion? Mon billet ne se voulait pas polémique…

Mon modeste propos n’avait pas d’autres prétentions que de refléter les inquiétudes de la maman que je suis, notamment sur le temps d’exposition quotidien aux écrans. Je pensais en particulier aux élèves plus jeunes du début du secondaire qui ne savent pas toujours bien gérer leur temps.

Si vous m’avez bien lue, vous avez en principe compris que je ne suis pas contre l’utilisation de la tablette à l’école. Bien au contraire!

Mon texte montre très clairement que je suis ni obtuse, ni passéiste, ni nostalgique, ni contre le progrès. Je suis pour les outils modernes du XXIe siècle comme vous le dites. La tablette en fait partie, mais l’éducation ne se résume pas à un IPad qui serait subitement devenu l’outil universel. Les nombreux commentaires reçus suite à la parution de mon texte me démontrent que beaucoup de professeurs et de parents pensent comme moi.

Vous invoquez de très nombreuses études auxquelles vous vous êtes référées ainsi qu’à une pléthore de spécialistes.  Même notre astronaute préféré est mis à contribution dans votre argumentation! Je ne conteste pas la validité de ces études ni la pertinence des spécialistes consultés, mais je pense que le vécu au quotidien peut apporter d’autres conclusions.

Oui à la tablette dans les écoles! Mais tout est dans la recherche d’un équilibre harmonieux. Trop, c’est comme pas assez! Il est important de reconnaître que des nuances et des divergences d’opinions peuvent aussi exister.

Bien cordialement,

Julie du Page

Trop, c’est comme pas assez!

L’école de mon fils est passée au 100% numérique depuis la rentrée dernière. Chaque enfant possède un IPad et même si nous avons eu à acheter quelques livres  papier, la grande majorité des études se fait sur tablette. Pour un établissement plutôt traditionnel et conformiste, c’est tout un changement !

Il y a quelques années, je me souviens encore d’être allée voir le directeur pour me plaindre de la piètre qualité des photocopies recto verso qu’on donnait aux élèves, notamment pour apprendre la géographie et l’histoire. Nous vivons (nos enfants encore plus) dans un monde d’images. Pour les intéresser et les stimuler, adaptons-nous un peu à leur réalité.  Apprendre le relief et la surface des continents en noir et blanc, pas super comme idée !

Même si le IPad ajoute un côté ludique à l’enseignement de nos enfants, il n’a pas que des qualités. Je trouve navrant de voir mon fils penaud après un examen de géométrie parce qu’il n’a pas su utiliser habilement son rapporteur sur la tablette. « Ben oui maman, déposer un vrai rapporteur d’angle sur un écran tactile, c’est pas évident ! » Effectivement… Dans ce cas, une copie papier aurait été plus pertinente. C’est une question de bon sens.Lire la suite »

Tu viens marcher avec moi ?

 Julie Dupage -0445 tript WEB

Il faut se lever de bonne heure pour faire bouger mon fils de 10 ans! C’est plutôt un cérébral, mais comme je lui dis si souvent, l’un n’empêche pas l’autre et de remuer c’est excellent pour la santé ! Par contre, il est très bon à entraîner ses doigts, particulièrement ses pouces !

Pour pitonner sur la tablette ou sur ses jeux vidéo, pour tourner les pages des livres qu’il dévore ou pour pousser les pièces du jeu d’échecs. Je n’ai aucun problème avec les deux derniers « exercices », mais le premier me rend complètement folle ! Combien de fois ai-je rêvé de mettre un gros coup de marteau dans le iPad ou de le garrocher dans le lac, ni vu ni connu. Là où même l’application « Find my iPhone » ne pourrait le retrouver…Lire la suite »