À qui la mitaine?

HANDS HEART SHAPE SNOW

Pendant le temps des fêtes, avez-vous vu ou revu le film “Love Actually”? Je ne peux m’empêcher de sourire et de repenser à une anecdote familiale liée à ce classique du cinéma britannique. En effet, il y a quelques années je voulais le faire découvrir à mes enfants encore assez petits. Je ne me souvenais que vaguement de l’histoire, mais j’avais encore en tête l’agréable plaisir qu’il m’avait procuré. “A feel good movie”, parfait pour une soirée d’hiver.

Nous étions tous les quatre collés-collés sur le canapé, quelques bougies créaient une atmosphère tamisée, chaleureuse, le feu crépitait et une jolie petite neige tombait. L’ambiance idéale…

Dans ce film choral, nous suivons différents personnages dont les histoires s’entrecroisent et notamment celle de John et Judy que j’avais visiblement occultée et dont la pertinence n’est pas évidente. Je m’attendais à une soirée tout public! En fait, “Love Actually” n’est pas du tout un film de famille puisque ce couple interprète des doublures lumière de film porno qui simulent, de façon timide, (mais quand même) des scènes de sexe. Oh là, là! “Couvrez ce sein que je ne saurais voir!”Lire la suite »

Quand notre sein fait des siennes!

 

CarolineAllard (1)

Elle trouve le moyen d’être drôle, même lorsque le ciel lui tombe sur la tête. Elle montre qu’on peut avoir du panache (merci au coussin de chalet) même quand la maladie décime tous les poils qu’on a sur le coco. Qu’on peut narguer la Grande Faucheuse lorsque celle-ci ose nous tendre la main.

Il y a huit mois, l’auteure (télé, littérature) et professeure Caroline Allard a reçu le coup de poing que toute fille souhaite esquiver dans la vie: un diagnostic de cancer du sein. Caroline n’est pas une intime. Même si elle a côtoyé professionnellement mon chum producteur et réalisateur, nous nous croisons rarement. Combien de fois s’est-elle roulée en boule, pétrifiée, pour pleurer toutes les larmes de son corps? Combien de temps s’est-elle allongée pour se remettre des six chimios qui l’ont lessivée? L’amie Facebook que je suis ne le saura jamais vraiment. Car Caroline, qui a choisi de témoigner de sa maladie (la comédienne Anick Lemay a aussi récemment dévoilé son cancer dans Urbania) a l’attitude d’une patiente qui a le piton collé sur les réseaux sociaux. Qui, à l’image de ses textes de jadis sur son blogue Chroniques d’une mère indigne, rigole de cette tangente qu’a pris sa vie sur Facebook, s’amuse à raconter le laid, ce qui pue, se dégrade, se décompose, s’échappe de son corps, bref ce qui rend sa maladie pénible. Lire la suite »

Je ne suis plus sa Valentine !

IMG_2059

Je viens de prendre une drop, une méga débarque ! Adieu piédestal… Je suis destituée, découronnée… Une Juliette sans Roméo! Ô rage, ô désespoir…

Voici une petite histoire rigolote, une tranche de ma vie qui m’a beaucoup émue…

Hier, en arrivant à son école, mon fils de 10 ans me demanda si je pouvais lui donner un peu de son argent de poche. Le lendemain, mon Titou voulait se rendre seul à la pharmacie afin de choisir une surprise pour la St-Valentin. Je souris et promis de le lui donner un peu plus tard. À l’heure du repas, il me demanda à nouveau la même chose mais comme je devais quitter pour chercher sa grande sœur, je le fis, bien malgré moi, patienter encore un peu. Avant d’aller au lit, il me rappela à l’ordre !

« Maman, n’oublie pas mes sous ! Au fait, combien ça coûte une boîte de chocolats ? »

Complètement sous le charme, le sourire fendu jusqu’aux oreilles, je lui dis de ma voix la plus douce et mielleuse:

– « Mon chéri vraiment, garde ton argent. C’est super gentil, mais maman n’a pas besoin de chocolats ! Si tu veux, une belle carte ou un dessin me ferait tellement plaisir ! »

 Et c’est à ce moment-là que vint la gifle… Le « reality check » !Lire la suite »