Danger: cocos de Pâques!

Isabelle Massé est une amie chère, j’aime son humour et suis toujours heureuse qu’elle partage un billet sur #julielapie! Je vous souhaite un très bon week-end pascal! Julie Xx

easter

Les traditions, c’est important. Il paraît… On ne sait trop pourquoi, mais on s’y accroche comme les photographes à Céline Dion pendant un défilé de mode à Paris. Je parle ici des petites activités familiales qui s’apparentent à la routine. Pas à la transmission du savoir, de la langue, des habiletés pour allumer un feu ou construire un igloo.

Dans ma famille, ces petites traditions ou occasions, programmées chaque année, sont sacrées et inscrites de notre sang dans l’agenda. Au risque de voir quelques membres bouder à l’écoute d’un commentaire légèrement dissident du genre « Pourrait-on changer de resto cette année pour la fête des Pères? ». Vous l’aurez compris, à la fête des Mères, nous nous réunissons toujours au même resto haïtien dans Cartierville. Pour celle des pères, on a souvent élu domicile à une adresse italienne de Saint-Bruno. À Noël, celui qui remet en question le montant consacré à l’échange de cadeaux risque de se faire savonner la langue.

Pourquoi on tend à conduire jusqu’à la même cabane à sucre année après année alors qu’il en existe des dizaines près de la maison ou du chalet? Pourquoi jette-t-on son dévolu et son bikini sur le même tout-inclus à Cuba, au lieu de lorgner d’autres plages et pina colada? Pourquoi le beau-frère tient-il mordicus à son Guide de l’auto de l’année, sous le sapin, depuis 1996? Un psy à cinq cennes me répondrait que, malgré son désir de découvrir de nouvelles contrées lointaines et d’ouvrir de nouveaux livres de recettes, l’être humain s’accroche à ses bons souvenirs et ses repères sécurisants.Lire la suite »

Les écureuils aiment le chocolat !

Screenshot 2018-03-29 19.19.09

Pour son anniversaire, il désirait un gâteau au chocolat « fait maison ». Et comme toutes les mamans je voulais faire plaisir à mon Titou d’amour.

Je n’ai jamais caché ma relation amour-haine avec la cuisine. Ma mère, ma grand-mère, mon arrière-grand-mère avaient ça dans le sang. Sans efforts ni livres de recettes, elles arrivaient à concocter des petits plats ou des desserts tous plus succulents les uns que les autres. Bref dans ma famille, la barre est haute et j’ai l’impression d’avoir rompu avec une longue lignée de fées culinaires…

Il y a des jours où je manque totalement d’inspiration et aller au supermarché me semble une corvée ! Je rêve de claquer des doigts et de faire apparaître sur la table un bon repas bien chaud ! Quand mon fils me demande le pouvoir que j’aimerais posséder si j’étais une super héroïne, celui-ci fait partie de mon top 3 !

J’ai des phases où je rate systématiquement tout. Dans ces moments-là, il est recommandé de bien mastiquer et de boire beaucoup d’eau pour manger, entre autres mon poulet trop cuit ! Mes enfants m’ont même suggéré de faire appel à un ou une amie chef pour quelques conseils culinaires. J’exagère à peine…

On dit que la cuisine commence par l’excitation des yeux et là aussi, ce n’est pas toujours « winner » ! Et pourtant je suis du genre tenace ! J’ai tout de même à l’occasion de superbes moments de grâce et quand je maîtrise une recette, je m’y accroche ! Après tout, pourquoi toujours vouloir sortir de sa zone de confort, n’est-ce pas ?

À l’automne, mon mari et moi avons organisé quelques soupers entre amis à la maison et devinez quoi, j’ai cuisiné la même chose à chaque fois ! Pas avec les mêmes personnes, je vous rassure. Parlez à mon chum de mon fameux veau aux olives… il est juste « pu capable »!Lire la suite »