Lettre à ma biquette

image

Le plus beau jour de ma vie? En fait, il y en a deux… Celui de ta naissance, ma biquette, et celui de la venue de ton frère. Mon existence bascula pour le mieux, un jour de janvier 2003 lorsque j’appris que je portais la bonne nouvelle.

J’avais alors une vie trépidante qui m’amenait à beaucoup voyager. Je tournais aux quatre coins du monde, rencontrais des gens formidables, et surtout, j’avais un immense sentiment de liberté…

Jusqu’au jour où tout cela me sembla vain.  Plus rien n’avait de sens.  J’avais besoin d’être nourri autrement. Je ressentais un vide profond, une vacuité émotive. J’avais envie de donner de l’amour, beaucoup d’amour. Et pour ce faire, il me manquait l’essentiel…  Ton papa, toi et ton frère.

Ta venue me transforma un peu plus chaque jour, et grâce à toi j’allais à nouveau trouver un vrai sens à ma vie. Je me suis redéfinie en tant que maman et me suis aperçue que je n’étais plus la fille absolument combative et carriériste d’avant; j’avais besoin de douceur et tu l’incarnais… Tu étais et demeures « ma doudou »…

Chaque moment avec toi est un bonheur. Voir la beauté des choses avec tes yeux d’enfant est si magique. C’est comme respirer pour la première fois, ou renaître au chant d’un oiseau, au son apaisant des vagues, à une douce brise d’été qui caresse les joues. C’est redécouvrir les sept couleurs de l’arc-en-ciel, le tapis de neige immaculée, le grondement lointain du tonnerre, le goût sucré d’une pêche juteuse…

Nous sommes si semblables… J’ai parfois l’impression de renouer avec la petite fille que j’étais. Tes questions, tes appréhensions, tes envolées, tes excitations ont une résonance pour moi.

Je te regarde, t’observe tout le temps. Jamais je ne me lasse. Je pourrais me perdre dans ton regard intense, couleur du ciel, écouter en boucle la mélodie de ton rire espiègle et coquin, contempler sans fin la lumière de ton visage lorsque tu souris…

J’aimerais ne jamais faire d’erreurs pour que plus tard tu n’aies rien à me reprocher.  Mais hélas, les parents sont humains, ils ont aussi leurs failles. J’aimerais te préserver de tout, te protéger afin de t’éviter toutes déceptions, tous malheurs, tous drames. Je veux être ton bouclier, mais je sais aussi que le temps venu, tu voudras voler de tes propres ailes, et expérimenter la vie comme je l’ai fait.

Alors, je devrai m’incliner, en veillant toujours sur toi…de toute mon âme et avec tout mon amour.

Je t’aime.

Maman 

 

J’avais envie de partager avec vous ce texte que j’ai écrit  il y a quelques temps, et qui a été publié dans le livre collectif « Lettre à mon enfant * »

J’en profite pour souhaiter une merveilleuse journée de fête des Mères à toutes les mamans ! Et particulièrement à la mienne à qui je dois tout…

Je vous laisse sur ce proverbe Yiddish qui me fait sourire…

« Dieu ne pouvait pas être partout, alors il inventa la mère »

Julie Xx

Photo: maman & moi.

*Livre « Lettre à mon enfant »

Éditions de Mortagne 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s