Ces étés d’insouciance

FullSizeRender-19

La fraîcheur d’aujourd’hui nous rappelle à l’ordre! Dès demain 8h30, l’école recommence pour mon Titou. Son enthousiasme n’est pas débordant (le mien oui!), mais ses yeux pétillent à l’idée de retrouver les copains de classe, rencontrer son professeur et découvrir fièrement ses nouveaux livres de 5ème année!

Je suis assise à mon bureau et je l’entends discuter avec sa sœur des formidables vacances qu’ils ont eues, particulièrement des moments précieux passés avec les cousins de France. Pendant quelques semaines, le joyeux clan des quatre s’est retrouvé au QG familial à la campagne, chez papi et mamie ! Comme ils avaient des choses à se raconter! Les mots se bousculaient, les heures défilaient trop vite tant il y avait du rattrapage à faire! Il faut dire que ces visites ne sont pas très fréquentes, deux fois par année, à Noël et aux grandes vacances d’été ! La rareté crée la demande et l’ambiance devient rapidement frénétique!

Par Face Time depuis déjà des mois, ils avaient échafaudé des plans de toutes sortes: une chasse au trésor « made by » papi le magicien, des demandes spéciales pour mamie, la meilleure cuisinière au monde, des olympiades, une compétition de Just Dance, d’échecs, un tournoi de ping-pong, etc.

Je pense que les enfants n’ont même pas réalisé que nous avions un été frais et pluvieux. Pour eux, que du bonheur à l’état pur, de petites joies toutes simples et surtout… de l’insouciance!

Vous savez, ce sentiment qui se perd avec le temps, que l’on essaie de retrouver par nostalgie, mais qui malheureusement est souvent l’apanage de nos années de jeunesse…

Nos vies effrénées, nos responsabilités, nos enjeux semblent être peu compatibles avec l’insouciance et la perte de notion du temps, n’est-ce pas ? Être un adulte, c’est du sérieux ! Et même si les vacances réussissent à nous faire décrocher, peut-on vraiment être si léger?

Toute bonne chose a une fin, les cousins sont repartis de l’autre côté de l’océan. Dans les bras l’un de l’autre, les yeux embués, ils évoquaient ces super vacances passées ensemble et ont fait la promesse de se donner des nouvelles bien vite. Ce n’était qu’un au revoir et les sourires réapparurent à l’idée du prochain rendez-vous de Noël! Il leur faudra patienter 125 dodos ou 3000 heures ou 180 000 minutes!

En attendant sur le chemin de l’école, ces p’tits loups auront le cœur léger et la tête pleine de beaux souvenirs… Ces mêmes souvenirs que l’on porte en soi à l’âge adulte, qui nous font parfois regretter nos belles années d’insouciance…

Julie Xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s